Archives par mot-clé : Collection Bastaire

Dixième anniversaire de la mort de Jean Bastaire

Épisode 1 : décrire le fonds Bastaire et ses contenus

                Le travail documentaire est un chantier de longue haleine qui a débuté avant la mort de Jean Bastaire au moment de l’arrivée de la Collection de littérature populaire et enfantine donnée en 2008 à l’université par Jean Bastaire et son frère Michel. Dix mille documents (livres et revues) ont intégré les collections faisant, dans un premier temps, l’objet d’un catalogage de premier niveau, principalement centré sur les ouvrages. Ce premier chantier de retroconversion a été complété et finalisé en phases successives dont la dernière a donné lieu à un chantier sur la qualité des notices des unicats[1] présents dans la collection[2].

Le bureau de Jean Bastaire

                La description du fonds d’archives (120 mètres linéaires) a débuté dès le premier versement en 2012. La première étape a consisté dans le catalogage des 2500 livres des bibliothèques d’Hélène et Jean Bastaire dans le SUDOC. Le choix a été fait, dès le départ, d’intégrer les ouvrages dans le fonds d’archives car nombre d’entre eux contenaient des notes de Jean Bastaire permettant de retracer les lectures et travaux préparatoires de ses textes. Parallèlement, un plan de classement préalablement discuté avec Jean Bastaire a été établit. Conformément aux bonnes pratiques de l’archivistique, il suit de près le classement initial effectué par Jean Bastaire (pour ses propres archives) et par son frère Michel qui a classé les archives de la famille Bastaire[3]. La volumétrie du fonds impose un travail en phases successives qui a débuté avec la description des archives de la famille Bastaire, c’est poursuivi par les archives de l’enfance de Jean Bastaire et par les archives de ses publications, contributions et conférences. En 2024, le prochain chantier prévu porte sur les archives péguystes.

Outils de recherche

                Le catalogage de la collection comme des archives a été mené conformément aux normes documentaires en vigueur et effectué dans les deux catalogues collectifs de l’enseignement supérieur et de la recherche : le SUDOC (imprimés) et Calames (archives) ce qui donne une visibilité particulière au fonds. Une signature a été apposée à chaque notice de description du document pour signifier leur appartenance à la collection ou aux archives Bastaire. Cela permet de cibler la recherche dans le sudoc sur les documents du fonds uniquement. (voir l’article Consulter le fonds Bastaire) Depuis plusieurs années, il bénéficie du soutien financier de l’agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) qui appuie les chantiers de retroconversion des établissements. Le fonds est également décrit dans son ensemble dans le CCFr (Catalogue Collectif de France) dont les répertoire recense les fonds de plus de 500 établissements.

Une collection d’excellence pour la recherche

                Initialement conservé à la bibliothèque universitaire de Lafayette, le fonds Bastaire est désormais hébergé au sein de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand afin de faciliter son appropriation par la communauté des chercheurs. La labellisation Collection d’Excellence pour la recherche en 2019 lui a donné une reconnaissance certaine. La Collection Bastaire est la première collection de littérature populaire reconnue comme un gisement documentaire important pour la recherche marquant une nouvelle étape dans le processus de légitimation d’une littérature longtemps méprisée. C’est un aspect qui aurait certainement donné beaucoup de satisfaction à Jean Bastaire, amateur érudit, qui était tout à fait conscient et désireux de faire entrer la littérature populaire à l’université.

Chantiers à venir

                Dans le domaine documentaire, les tâches à mener sont encore nombreuses. Il faudra rapidement finaliser le catalogage des revues de la collection. Le fonds Bastaire attend également des conditions de conservation plus favorables : de nombreux travaux ont montré la fragilité des supports imprimés du XIXe siècle et du début du XXe siècle. L’intérêt croissant des chercheurs pour les collections et collectionneurs de littératures populaires et le développement des études en cultures médiatiques appelle aussi à un renforcement de la coopération entre les établissements conservant des fonds similaires. L’établissement d’une cartographie des fonds de littérature populaire pourrait précéder la mise en place d’une politique de conservation partagée d’un patrimoine documentaire fragile et dispersé. Ces perspectives ont été régulièrement partagée avec les professionnels des métiers du livre de l’université.

Les liens entre la Collection Bastaire et les formations de l’UCA dans le domaine des métiers du livre et de l’édition feront l’objet du deuxième épisode…

A lire aussi : Dixième anniversaire de la mort de Jean Bastaire


[1] Les unicats sont les documents en un seul exemplaire dans le reseau du SUDOC

[2] Les enjeux du catalogage de la collection feront l’objet d’un billet spécifique

[3] Catherine Frichet dans son travail de recherche sur la collection Bastaire a montré le goût de l’archive des deux frères Bastaire et en particulier de Michel.

Dixième anniversaire de la mort de Jean Bastaire

Jean Bastaire est mort il y a 10 ans, le 24 août 2013 à Meylan en Isère.

Jean Bastaire a légué l’ensemble de ses archives et de sa bibliothèque ainsi que les archives de sa femmes Hélène à l’université Blaise Pascal, aujourd’hui Université Clermont Auvergne.

A l’occasion des 10 ans sa mort, nous revenons sur les projets documentaires, pédagogiques et de recherche qui ont été menés  depuis 2013 pour valoriser le fonds Bastaire et favoriser son exploitation par la recherche.

              C’est une tâche au long court qui a débuté avec l’intégration de la Collection Bastaire dans les fonds documentaires de l’université (don en 2008) et qui se poursuit depuis plusieurs années avec le classement et la description des archives Hélène et Jean Bastaire et le catalogage de leurs bibliothèques personnelles.

              Socle de tous les projets, le travail documentaire a permis de mettre en place d’autres activités : exploitation pédagogique du fonds de littérature populaire et enfantine, projets de recherche sur la collection et les archives… La reconnaissance du fonds Bastaire comme une collection d’excellence pour la recherche (CollEx) a été une étape importante et a débouché sur le lancement d’un vaste projet de recherche soutenu par le GIS CollEx Persée « Itinéraire de la Collection Bastaire » associant des chercheurs de plusieurs disciplines et de plusieurs universités.

              Les activités sur la collection de littérature populaire et les archives liées se sont beaucoup développées ces dix dernières années.  Le mémoire de master de Catherine Frichet “La Collection Bastaire : mémoires de papier” offre une réflexion essentielle sur la collection. Pourtant, après un premier travail sur Jean Bastaire en 1968, les archives Jean et Hélène Bastaire attendent toujours de servir de corpus d’étude a une  recherche d’ampleur sur Jean Bastaire, écrivain et précurseur de l’écologie chrétienne. Nous espérons que l’avancée régulière dans la description des archives permettra d’entamer une nouvelle phase d’exploitation du fonds dans les prochaines années.

Retour sur 10 années de compagnonnage avec le fonds Bastaire en quelques épisodes.

Épisode 1 : décrire le fonds Bastaire et ses contenus

FILLETTE un journal dans le vent !

Fillette n° 1529 du 11 juillet 1937

Fillette n° 1529 du 11 juillet 1937.

Journal hebdomadaire destiné aux milieux populaires, ce titre remporte un grand succès au début du XXe siècle.

Pendant féminin de L’Épatant, résolument moins cher et moins confessionnel que ses concurrents et édité par les Éditions Offenstadt, Fillette lance les hostilités commerciales entre journaux chrétiens et laïques. Au service du divertissement et de l’amusement par ses rubriques au contenu inédit et plus populaire, le périodique créé en 1909 s’impose dans les foyers des classes populaires dans un contexte de sécularisation de la société.

Fillette n’a qu’une seule devise : la modernité et le loisir avant tout. En ce sens, ses pages se veulent « révolutionnaires », fraîches, amusantes et sans « prise de tête ». Ainsi, chaque semaine les « Fillettes » peuvent s’évader grâce à la lecture de romans-feuilletons imaginaires et retrouver leurs héroïnes favorites, auxquelles elles s’identifient. Agrémenté de jeux, de chansons, de devinettes et de conseils pour s’épanouir en tant qu’enfant, le journal sait parler à son jeune lectorat.

Par sa mise en page et ses nombreuses illustrations attractives, le périodique a su doubler ses rivaux notamment en élaborant une stratégie médiatique réussie. En fait, la publicité y est nombreuse et choisie pour fidéliser les jeunes filles. Dès lors se bousculent les encadrés pour promouvoir la poupée Friquette, les dérivés du Club Shirley, ou encore les derniers gadgets à la mode, sources de rentabilité et de viabilité de Fillette.

D’une longévité, de presque soixante ans (1909-1964), la revue pour les petites filles aura marqué plusieurs générations de lectrices, grâce à une ligne éditoriale adaptée aux mutations de la société.

Delphine MARTINS et Bérangère IRLE BELMONT

 

Le Musée des familles, un journal encyclopédiste populaire ?

Le Musée des familles : Lectures du soir (1833-1900), volume des années 1845 et 1846

Le Musée des Familles 1845-1846

Ce journal pensé par Emile de Girardin , Auguste Cleemann et Laurent-Joseph Boutmy, paraît pour la première fois en 1833. C’est à cette époque qu’un nouveau format de presse apparaît à Londres, la presse illustrée. Celle-ci a d’abord une visée encyclopédique, que l’on retrouve à la perfection dans le Musée des familles. En effet, dans le titre même du journal, on retrouve cette notion de partage des savoirs avec le mot « Musée » et l’indication d’un large public visé avec le mot « familles ».

Ce journal n’aborde pas l’actualité, mais des sujets plus larges tel que des études sur la morale, la littérature, l’histoire, l’art, et les sciences, avec par exemple la série documentaire « Les peintres célèbres » qui fait le portait d’artistes. On retrouve aussi des contes, des nouvelles et de la poésie. Le journal est constitué d’articles qui portent sur un sujet précis, dont certains sont divisés et publiés au fil des mois, comme par exemple une étude sur « L’histoire pittoresque de la typographie » divisée en trois parties. Le Musée des familles est ainsi destiné à un public s’intéressant à la culture et soucieux d’apprendre.

Les illustrations confèrent à ce journal son originalité puisqu’il est l’un des premiers à s’en doter. Elles constituent un argument de poids pour le lectorat : l’image est un langage universel. Le Musée des familles utilise les gravures à différentes fins. La première fonction que nous retrouvons dans ce journal est celle d’informer et, par la représentation des objets ou des lieux que le public ne connait peut-être pas, l’illustration apporte un complément à un lectorat moins instruit. Sans compter que l’illustration qui se doit d’être fiable et véridique d’un point de vue scientifique, a un rôle esthétique.

Concernant la fonction ludique du journal, l’illustration vient en renfort au texte pour distraire et favoriser l’imaginaire du lecteur. Le caractère épisodique des romans et nouvelles, permet au lecteur de retrouver les personnages, de suivre les intrigues, et les illustrations réalisées par de véritables artistes, tels que Grandville (1803 – 1847) ou Honoré Daumier (1808 – 1879), contribuent à attacher le lecteur au journal. 

 

Pauline Rostaingt et Mahé Serre