Le Cri du Peuple ou l’appel du roman-feuilleton

Le Cri du Peuple est l’exemple même de l’apogée du roman-feuilleton populaire au XIXème.

Ce journal de quatre pages est un quotidien français créé par Jules Vallès et Pierre Denis le 22 février 1871. Notre exemplaire, le n°442 paru le lundi 12 janvier 1885, s’inscrit dans l’ère triomphante du roman et de la presse d’où émerge le roman-feuilleton. On en trouve trois dans ce seul  numéro, ce qui révèle parfaitement l’industrialisation du genre ainsi que son aspect populaire.

Le Cri du Peuple, 12 janvier 1882.

Avec un prix abordable de 5 centimes et proposant des abonnements sur l’ensemble du territoire français, Le Cri du Peuple démontre la popularité du genre. En jouant avec des textes morcelés, il assure la fidélisation des adeptes du roman-feuilleton à la recherche de divertissement dans une société qui s’installe dans une quotidienneté. Le périodique étant également politique, il parle du peuple au peuple. Les histoires sont attractives et destinées à susciter l’adhésion d’un lectorat populaire comme le montrent les titres publiés dans le numéro 442 : Le Bachelier de Jules Vallès, Les Monstres de Paris de Paul Mahalin et Le Chantage d’Eugène Chavette.

Cette littérature a souvent été critiquée, qualifiée d’industrielle en favorisant la quantité à la qualité, néanmoins, de très grands auteurs engagés comme Jules Vallès ont pu être connus du grand public grâce à ce format populaire. 

Les GRANDES ambitions du Petit Journal, Supplément illustré

Créé en 1890, le supplément illustré du quotidien Le Petit Journal impose l’illustration comme support incontournable de l’information pour tous.

C’est à la fin XIXe siècle, alors que la presse illustrée s’ouvre à toutes les classes sociales, qu’apparaît ce périodique, plus connu sous le nom de Supplément du dimanche.

Le Petit Journal Supplément Illustré. n°57, Paris, 26 décembre 1891,

Les huit pages du Supplément illustré du Petit Journal sont vendues le dimanche pour la somme modique de cinq centimes de franc. Elles ont pour principal objectif d’enrichir l’actualité de la semaine passée par des planches en couleurs et d’offrir une lecture agréable et récréative.

Ces illustrations, au nombre de deux, couvrant la quasi intégralité de la une et de la dernière page, ont trois rôles majeurs : le premier, commercial, puisqu’elles doivent attirer le regard du potentiel acheteur ; le second, pédagogique, puisqu’elles doivent instruire le lectorat et lui transmettre des valeurs ; et le troisième, informatif, car elles ont pour fonction de rendre compte de l’actualité du pays.

La présence d’images constitue, ici, une valeur ajoutée par rapport aux quotidiens non illustrés. C’est ce qui permet aux suppléments de se démarquer.

Ainsi, sur la première page de ce numéro, nous pouvons observer les funérailles de l’empereur du Brésil, tandis que nous voyons, sur la dernière page, une scène typique du matin de Noël. 

Le Petit Journal Supplément du dimanche, n°57, Paris, 26 décembre 1891, 8 p.

Hugo RICCI et Julian ROCHE

Écrire en 68, sur 68 : Jean Bastaire, une spiritualité de gauche à l’épreuve

Encore peu étudié malgré une production intellectuelle riche d’une cinquantaine d’ouvrages, Jean Bastaire (1927-2013) a légué un important fond d’archive à l’Université Clermont Auvergne. Riche de plus de 4 000 documents, il s’agit d’une source exceptionnelle pour ceux qui s’intéressent à l’histoire intellectuelle du XXe siècle. En léguant sa correspondance, ses Carnets, ses brouillons ou encore les textes de ses conférences, Jean Bastaire a ainsi pu laisser une trace de son atelier d’écriture.

Menée sous la direction de Louis Hincker (professeur d’histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne), ce mémoire intitulé « Écrire en 68, sur 68 : Jean Bastaire une spiritualité de gauche à l’épreuve » s’intéresse à la rencontre entre cet atelier d’écriture et les événements de Mai 68. Fervent catholique, la spiritualité occupe une place centrale au sein de sa pensée à une époque où la société connaît une déchristianisation. À la veille de Mai 68, Jean Bastaire est également un intellectuel qui collabore avec des médias tels qu’Esprit ou Le Monde. Il critique alors l’impérialisme (soviétique ou étatsunien) et la Gauche institutionnelle. Partageant certaines revendications portées par les militants de Mai 68, Jean Bastaire est pourtant surpris et déstabilisé par ce mouvement.

Les brouillons de Court Traité d’Innocence offrent un témoignage de la manière dont Jean Bastaire à réutilisé ses écrits de l’année 1968 pour donner naissance à une oeuvre nouvelle.

Bien que sa réaction ne corresponde pas aux engagements-types de Mai 68, ce printemps a influencé son activité d’écriture. Prenant dans un premier temps ses distances avec les événements, il construit sa propre analyse de ces derniers et la confronte avec celle d’autres intellectuels. Ce n’est qu’à l’issue de ces échanges qu’il produit quelques articles à ce sujet. Une telle attitude vis-à-vis des événements – entre distance et proximité – conduit alors questionner la notion d’engagement. Est-il possible de considérer Jean Bastaire comme engagé durant Mai 68 ?

En s’intéressant aux conséquences des mois de mai et juin 1968 sur l’atelier d’écriture de Jean Bastaire, cette recherche s’inscrit également sur un temps plus long : celui des « années 68 ». Le printemps 68 a mis en lumière un certain décalage entre Jean Bastaire et les groupes intellectuels dont il fait partie : il s’affirme comme un intellectuel catholique. Sans changer ses idées, il les diffuse par des biais différents. Mai 68 a également eu un impact profond sur le processus créatif de Jean Bastaire. L’étude de ses brouillons permet alors d’interroger le lien entre littérature, création et histoire.

En étudiant un cas particulier – le moment d’écriture de Jean Bastaire correspondant aux « années 68 » – cette recherche apporte un éclairage intéressant sur l’histoire intellectuelle de Mai 68. Elle offre en effet l’exemple d’un type de réaction à Mai 68 qui ne correspond pas aux actions privilégiées par les grandes synthèses sur l’engagement des intellectuels durant le printemps 68.

FILLETTE un journal dans le vent !

Fillette n° 1529 du 11 juillet 1937

Fillette n° 1529 du 11 juillet 1937.

Journal hebdomadaire destiné aux milieux populaires, ce titre remporte un grand succès au début du XXe siècle.

Pendant féminin de L’Épatant, résolument moins cher et moins confessionnel que ses concurrents et édité par les Éditions Offenstadt, Fillette lance les hostilités commerciales entre journaux chrétiens et laïques. Au service du divertissement et de l’amusement par ses rubriques au contenu inédit et plus populaire, le périodique créé en 1909 s’impose dans les foyers des classes populaires dans un contexte de sécularisation de la société.

Fillette n’a qu’une seule devise : la modernité et le loisir avant tout. En ce sens, ses pages se veulent « révolutionnaires », fraîches, amusantes et sans « prise de tête ». Ainsi, chaque semaine les « Fillettes » peuvent s’évader grâce à la lecture de romans-feuilletons imaginaires et retrouver leurs héroïnes favorites, auxquelles elles s’identifient. Agrémenté de jeux, de chansons, de devinettes et de conseils pour s’épanouir en tant qu’enfant, le journal sait parler à son jeune lectorat.

Par sa mise en page et ses nombreuses illustrations attractives, le périodique a su doubler ses rivaux notamment en élaborant une stratégie médiatique réussie. En fait, la publicité y est nombreuse et choisie pour fidéliser les jeunes filles. Dès lors se bousculent les encadrés pour promouvoir la poupée Friquette, les dérivés du Club Shirley, ou encore les derniers gadgets à la mode, sources de rentabilité et de viabilité de Fillette.

D’une longévité, de presque soixante ans (1909-1964), la revue pour les petites filles aura marqué plusieurs générations de lectrices, grâce à une ligne éditoriale adaptée aux mutations de la société.

Delphine MARTINS et Bérangère IRLE BELMONT

 

Notes de recherche

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search