L’Île au Trésor, Bibliothèque Verte, Hachette, 1923

L’Île au Trésor, une épopée intemporelle

Lorsque le jeune Jim Hawkins, simple fils d’aubergiste, trouve une mystérieuse carte dans les affaires d’un vieux loup de mer décédé, il se lance dans une quête trépidante vers l’île au trésor. A bord de l’Hispaniola, il va vivre de fabuleuses aventures sur les traces de cet énigmatique butin pirate.

Écrit par Robert Louis Stevenson en 1882, l’Île au Trésor est un roman d’aventure typique de ceux qu’on peut trouver à l’époque : un jeune garçon embarqué dans une épopée lointaine, affrontant mille dangers et découvrant mille secrets durant sa quête.

Si le lointain et l’inconnu font toujours rêver aujourd’hui, ce scénario était encore plus exaltant à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle. En effet à cette époque, l’exotique captive les petits comme les grands, en témoigne le succès des romans d’aventures et des journaux tels que le Journal des Voyages, publiant de fabuleux récits de voyages et d’exploration aussi bien réalistes que fictifs.

Les enfants de cette période, et surtout les garçons, étaient friands de ce genre d’ouvrage.

C’est pourquoi après avoir créé la Bibliothèque Rose en 1856, Hachette s’inspire du célèbre éditeur de Jules Vernes, Hetzel, pour lancer une nouvelle collection à destination des jeunes garçons : la Bibliothèque Verte.

Elle voit paraître de nombreux romans d’aventure, et notamment L’Île au Trésor dès 1923, l’année de sa création. Cette première édition au format in-12 présente une couverture rigide verte, parsemée de dorures fleuries qui orneront les couvertures de la Bibliothèque Verte pendant plusieurs années.

A l’image de cette collection que l’on trouve encore dans les rayons jeunesse des librairies, le succès de l’Île au Trésor s’étend jusqu’à nos jours, où il est devenu un classique étudié et présent dans les bibliothèques de nombreux lecteurs, toujours aussi avides d’aventures extraordinaires.

CHEMA Baptiste, COMBEMOREL Sarah et DRIANNE Maëva

Stars et Films n°11 du 1er octobre 1947

Stars et Films : avant le magazine people

Stars et Films est une revue française bimensuelle sur le cinéma créé en 1947. Chaque numéro de 16 pages comporte un ciné-roman complet, une biographie de star mais aussi une suite d’articles théoriques et pratiques sur le cinéma.

Stars et Films, n°11 du 1er octobre 1947. Page de couverture.

Paru le 1er octobre 1947, le numéro 11 propose un ciné-roman complet, c’est à dire une retranscription sous forme romanesque d’un film, intitulé Tueur à gages, adaptation du film éponyme de Franck Tuttle, lui-même adapté d’un roman de Graham Green. Ce roman noir est suivi de la rubrique intitulée « Le coin des débutants » dans laquelle est présenté l’un des multiples aspects techniques du cinéma – ici, les angles et les plans.

La rubrique « Le cinéma est un langage » évoque ensuite les nombreuses inventions qui ont permis, petit à petit, d’arriver au cinéma tel que nous le connaissons. Enfin, un article complet de plusieurs pages est consacré à un acteur ou à une actrice ; ici il s’agit de Jean Marais.

Le document est publié un an après une polémique concernant l’Accord Blum-Byrnes de mai 1946 qui prévoit la fin du régime de quota fixe pour les films américains, projetés dans les salles françaises. On observe alors une diminution de moitié de la diffusion des films français. En octobre 1946, le Centre National de la Cinématographie voit le jour, symbole d’une dénonciation de l’impérialisme culturel américain, et d’une volonté de revalorisation du pays. Cela dit, les quotas n’étaient été imposés qu’aux salles de cinéma ce qui a toujours permis à des revues spécialisées comme Stars et Films de proposer du ciné-roman adapté de films américains… et de gonfler leurs ventes.

Contrairement à ses concurrentes, cette revue fidélise surtout son public grâce à ses articles cinéphiles, qui se prolongent sur cinq numéros de suite. Au-delà de la simple proposition d’un ciné-roman, les pages consacrées aux vedettes du cinéma permettent de considérer Stars et Films comme un ancêtre des magazines people d’aujourd’hui.

Loïc Piallat, Nina Guyot et Eva Pentimalli

Le Chemin des Dames de Paul Carillon.

Fascicule 57 de la collection « Patrie » : du récit à la propagande.

Référence de l’édition populaire, les éditions Rouff ont contribué à l’effort de guerre avec leur collection de fascicules « Patrie », proposant à moindre coût des récits de batailles faisant l’éloge de l’armée française.
La chemin des dames, Paul Carillon, Rouff, 1917, collection Patrie, 60 centimes, 24 p. 14×19 cm.

 Le Chemin des Dames de Paul Carillon, publié en 1918, est le fascicule n°57 de la collection « Patrie » créée en 1917 par les éditions Rouff.

Chaque semaine, un épisode présente un personnage impliqué dans une action collective visant à glorifier l’armée française et à diaboliser l’ennemi, le tout en 24 pages. La collection « Patrie » s’arrête au numéro 154 de l’année 1920. Elle compte parmi ses contributeurs quelques grands noms de la littérature populaire tels que Léon Croc, Gustave Le Rouge ou encore Georges Spitzmuller.

Le Chemin des Dames a pour cadre la grande et sanglante bataille  de la Première Guerre mondiale  :  le Chemin des dames en 1917. A travers le parcours de Jean Chardon, c’est le courage et l’intelligence du poilu français qui est exalté. Originaire de l’Aisne, où se déroule l’action, le héros met à profit sa connaissance des lieux pour enfoncer les lignes allemandes et sauver de nombreuses vies lors des épreuves qu’il traverse.

Ce changement de perspective sur l’événement historique met bien en évidence la visée de propagande de la collection. Le Chemin des dames insiste sur les horreurs de la guerre et la haine des Français à l’égard des Allemands, comme le montre bien sa couverture, mais exalte aussi le chemin possible pour dépasser cette violence grâce à l’héroïsme et à l’amour : à la fin de ce récit, la France a remporté la guerre et Jean Chardon, qui rentre au pays victorieux, épouse son amour de toujours.

Mathilde Such et Justine Hautin

Le Petit Écho de la Mode, n°23 du 4 juin 1939.

Le Petit Écho de la Mode, illustre journal féminin

Le Petit Écho de la Mode, magazine hebdomadaire fondé par Charles de Penanster en 1880, a constitué pendant un siècle entier l’un des plus grands tirages de la presse française. Il connaît un grand succès dès les premières publications, son but premier étant d’aider les familles dans leur vie quotidienne. La mode est le thème principal de ce journal conservateur et chrétien qui propose également d’autres rubriques : la cuisine, les conseils sanitaires et la culture…

Le Petit Écho de la Mode du n°23 du 4 juin 1939. Photomontage (couverture, page 3 et page centrale).

Le journal est resté célèbre pour les patrons vestimentaires qu’il propose dans chaque numéro mais ce sont ses innovations marketing et son contenu de plus en plus diversifié qui contribueront principalement à sa réussite.

Le numéro 23 de l’année 1939 est un exemplaire représentatif de ces évolutions. Celles-ci sont visibles dès la couverture sur laquelle une photographie, étendue sur toute la page et colorisée à l’aide du procédé de photogravure, nous fait entrevoir un des patrons proposés par ce numéro. La page 3, quant à elle, bénéficie de plusieurs types d’images : des photographies et des aquarelles représentant des femmes vêtues de tenues et accessoires à commander (ici, des chapeaux). Enfin, la double-page centrale use de magnifiques aquarelles en couleur pour illustrer les patrons vestimentaires directement référencés sur celles-ci.

La place de la littérature populaire, présente dès le début, évolue au fil des décennies : des romans feuilletons à découper et collectionner remplaceront les longs récits insérés directement dans le journal. Puis apparaîtront des articles scientifiques et historiques, mis en valeur par la photographie comme « La Femme Chinoise » dans ce numéro 23, qui illustrent la place de la culture dans Le Petit Écho de la Mode.

Marie Dussol

L’homme debout de Roger Dombre

Un roman catholique entre tradition et revendication

L’Homme debout est un roman populaire chrétien écrit par Roger Dombre et édité par la maison d’édition catholique Maison de la Bonne Presse en 1911. Il appartient à la collection « Romans Populaires » qui connait au début du siècle un succès fulgurant. Leur format de 14 centimètres par 20 ainsi que leur faible épaisseur d’un demi-centimètre en font des ouvrages pratiques à lire et transporter (roman de poche). De plus, le catalogue très fourni de la collection offre un panel d’histoires à un large public, qui peut se procurer les ouvrages facilement grâce à un coût peu élevé (50 francs), expliqué par une qualité de papier et d’impression moindre.

Collection Bastaire
L’homme debout, Roger Dombre, Maison de la Bonne Presse, 1911, 50 centimes, 96p, format 14×20.5×0.5 cm

L’auteur de ce roman populaire, Roger Dombre, se nomme en réalité Marguerite Sisson et a choisi de publier ses ouvrages sous un pseudonyme masculin, comme il est courant de le faire dans la littérature populaire de l’époque. Visant prioritairement un lectorat féminin, il met en exergue les valeurs morales et traditionalistes de la société patriarcale et catholique du début du XXème siècle.

Le récit confronte Suzanne, jeune fille pieuse et courageuse sortant du couvent, à son oncle le Dr Hozeranne, odieux, riche et impie. Il met en scène Suzanne à la recherche de son père disparu, abordant ainsi les questions de la piété filiale, de l’abnégation, du sacrifice et de la foi.

L’auteur défend l’image d’une femme catholique pure, pieuse et  forte face au mal. Elle se doit d’être courageuse, tout en se montrant respectueuse des institutions et de la hiérarchie familiale.

Il convient de replacer l’ouvrage dans le contexte historique de l’époque : durant la première moitié du XXème siècle, les publications catholiques partent en guerre contre la déchristianisation progressive de la société, amorcée dès la fin du XIXème siècle. Les publications appartiennent ainsi à ce que l’on pourrait qualifier de catholicisme de combat.

Aux côtés de cette ligne éditoriale chrétienne qui marque les romans populaires de la Maison de la Bonne Presse, se côtoient également les collections populaires sentimentales, comme la collection « Fama » des éditions Marcel Daubin, ou encore les collections populaires laïques comme la collection à 20 centimes « Le petit livre » des éditions Ferenczi qui connait un énorme succès. Ainsi collections populaires sentimentales, chrétiennes et laïques contribuent ensemble à l’essor extraordinaire de la production éditoriale de ce début de siècle.

Marine Mouton et Morgane Dansin

Références bibliographiques :

GODFRIN Jacqueline et Philippe. Une centrale de presse catholique : la Maison de la bonne presse et ses publications, Presses universitaires de France, Paris, 1965, 238 p.

 

 

Notes de recherche