Écrire en 68, sur 68 : Jean Bastaire, une spiritualité de gauche à l’épreuve

Encore peu étudié malgré une production intellectuelle riche d’une cinquantaine d’ouvrages, Jean Bastaire (1927-2013) a légué un important fond d’archive à l’Université Clermont Auvergne. Riche de plus de 4 000 documents, il s’agit d’une source exceptionnelle pour ceux qui s’intéressent à l’histoire intellectuelle du XXe siècle. En léguant sa correspondance, ses Carnets, ses brouillons ou encore les textes de ses conférences, Jean Bastaire a ainsi pu laisser une trace de son atelier d’écriture.

Menée sous la direction de Louis Hincker (professeur d’histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne), ce mémoire intitulé « Écrire en 68, sur 68 : Jean Bastaire une spiritualité de gauche à l’épreuve » s’intéresse à la rencontre entre cet atelier d’écriture et les événements de Mai 68. Fervent catholique, la spiritualité occupe une place centrale au sein de sa pensée à une époque où la société connaît une déchristianisation. À la veille de Mai 68, Jean Bastaire est également un intellectuel qui collabore avec des médias tels qu’Esprit ou Le Monde. Il critique alors l’impérialisme (soviétique ou étatsunien) et la Gauche institutionnelle. Partageant certaines revendications portées par les militants de Mai 68, Jean Bastaire est pourtant surpris et déstabilisé par ce mouvement.

Les brouillons de Court Traité d’Innocence offrent un témoignage de la manière dont Jean Bastaire à réutilisé ses écrits de l’année 1968 pour donner naissance à une oeuvre nouvelle.

Bien que sa réaction ne corresponde pas aux engagements-types de Mai 68, ce printemps a influencé son activité d’écriture. Prenant dans un premier temps ses distances avec les événements, il construit sa propre analyse de ces derniers et la confronte avec celle d’autres intellectuels. Ce n’est qu’à l’issue de ces échanges qu’il produit quelques articles à ce sujet. Une telle attitude vis-à-vis des événements – entre distance et proximité – conduit alors questionner la notion d’engagement. Est-il possible de considérer Jean Bastaire comme engagé durant Mai 68 ?

En s’intéressant aux conséquences des mois de mai et juin 1968 sur l’atelier d’écriture de Jean Bastaire, cette recherche s’inscrit également sur un temps plus long : celui des « années 68 ». Le printemps 68 a mis en lumière un certain décalage entre Jean Bastaire et les groupes intellectuels dont il fait partie : il s’affirme comme un intellectuel catholique. Sans changer ses idées, il les diffuse par des biais différents. Mai 68 a également eu un impact profond sur le processus créatif de Jean Bastaire. L’étude de ses brouillons permet alors d’interroger le lien entre littérature, création et histoire.

En étudiant un cas particulier – le moment d’écriture de Jean Bastaire correspondant aux « années 68 » – cette recherche apporte un éclairage intéressant sur l’histoire intellectuelle de Mai 68. Elle offre en effet l’exemple d’un type de réaction à Mai 68 qui ne correspond pas aux actions privilégiées par les grandes synthèses sur l’engagement des intellectuels durant le printemps 68.

FILLETTE un journal dans le vent !

Fillette n° 1529 du 11 juillet 1937

Fillette n° 1529 du 11 juillet 1937.

Journal hebdomadaire destiné aux milieux populaires, ce titre remporte un grand succès au début du XXe siècle.

Pendant féminin de L’Épatant, résolument moins cher et moins confessionnel que ses concurrents et édité par les Éditions Offenstadt, Fillette lance les hostilités commerciales entre journaux chrétiens et laïques. Au service du divertissement et de l’amusement par ses rubriques au contenu inédit et plus populaire, le périodique créé en 1909 s’impose dans les foyers des classes populaires dans un contexte de sécularisation de la société.

Fillette n’a qu’une seule devise : la modernité et le loisir avant tout. En ce sens, ses pages se veulent « révolutionnaires », fraîches, amusantes et sans « prise de tête ». Ainsi, chaque semaine les « Fillettes » peuvent s’évader grâce à la lecture de romans-feuilletons imaginaires et retrouver leurs héroïnes favorites, auxquelles elles s’identifient. Agrémenté de jeux, de chansons, de devinettes et de conseils pour s’épanouir en tant qu’enfant, le journal sait parler à son jeune lectorat.

Par sa mise en page et ses nombreuses illustrations attractives, le périodique a su doubler ses rivaux notamment en élaborant une stratégie médiatique réussie. En fait, la publicité y est nombreuse et choisie pour fidéliser les jeunes filles. Dès lors se bousculent les encadrés pour promouvoir la poupée Friquette, les dérivés du Club Shirley, ou encore les derniers gadgets à la mode, sources de rentabilité et de viabilité de Fillette.

D’une longévité, de presque soixante ans (1909-1964), la revue pour les petites filles aura marqué plusieurs générations de lectrices, grâce à une ligne éditoriale adaptée aux mutations de la société.

Delphine MARTINS et Bérangère IRLE BELMONT

 

Épatant, L’Épatant !

L’épatant n°61 du 27 octobre 1938

Jusqu’au début du XXe siècle les publications de périodiques ciblent peu le public populaire, préférant un lectorat plus « cultivé » et aisé. En 1899, la maison d’édition Offenstadt frères émerge, bouleversant le marché de la presse. Suivant un mouvement populaire, ils travaillent sur petit format et papier bon marché. Ils vendent leur périodique L’Épatant 5 centimes à ses débuts, soit 20 centimes d’euros.

L’épatant n°61, 27 octobre 1938

Le n°61 du 27 octobre 1938 est représentatif de la notoriété de la bande-dessinée des Pieds Nickelés, créée par Louis Forton en 1908 et reprise par Aristide Perré de 1934 à 1938.

En effet, les trois lascars augmentent la popularité du périodique. Leur argot fait scandale dans le milieu bien-pensant, mais attire résolument les lecteurs et les lectrices du prolétariat. Les personnages sont des anti-héros, gangsters ou maladroits. Ils sont totalement opposés aux valeurs chrétiennes et bourgeoises. À visée récréative avec ses nouvelles, ses jeux, ses romans à suivre et ses publicités de farces et attrapes, L’Épatant se caractérise par un ton léger et plus enfantin. Ce périodique cible tous les genres et âges, les barrières sont brisées. La notion d’enfance semble être prise dans son acception d’innocence et de jeux.

Ce ton rigolard est accentué dans le n°61, par la parution des « Aventures acrobatiques de Charlot », personnage populaire et comique par excellence. Un supplément parodique, « La Patte de thon », illustre également l’ambiance bon enfant de l’hebdomadaire. Ce sont les héros du peuple qui sont représentés, ce qui permet de comprendre le succès de la publication des Offenstadt. Ils ont pensé aux plus modestes, quand la plupart de leurs concurrents ont misé sur la bourgeoisie et/ou les milieux catholiques.

Juliette Vincent et Sarah Cubizolle

Le Musée des familles, un journal encyclopédiste populaire ?

Le Musée des familles : Lectures du soir (1833-1900), volume des années 1845 et 1846

Le Musée des Familles 1845-1846

Ce journal pensé par Emile de Girardin , Auguste Cleemann et Laurent-Joseph Boutmy, paraît pour la première fois en 1833. C’est à cette époque qu’un nouveau format de presse apparaît à Londres, la presse illustrée. Celle-ci a d’abord une visée encyclopédique, que l’on retrouve à la perfection dans le Musée des familles. En effet, dans le titre même du journal, on retrouve cette notion de partage des savoirs avec le mot « Musée » et l’indication d’un large public visé avec le mot « familles ».

Ce journal n’aborde pas l’actualité, mais des sujets plus larges tel que des études sur la morale, la littérature, l’histoire, l’art, et les sciences, avec par exemple la série documentaire « Les peintres célèbres » qui fait le portait d’artistes. On retrouve aussi des contes, des nouvelles et de la poésie. Le journal est constitué d’articles qui portent sur un sujet précis, dont certains sont divisés et publiés au fil des mois, comme par exemple une étude sur « L’histoire pittoresque de la typographie » divisée en trois parties. Le Musée des familles est ainsi destiné à un public s’intéressant à la culture et soucieux d’apprendre.

Les illustrations confèrent à ce journal son originalité puisqu’il est l’un des premiers à s’en doter. Elles constituent un argument de poids pour le lectorat : l’image est un langage universel. Le Musée des familles utilise les gravures à différentes fins. La première fonction que nous retrouvons dans ce journal est celle d’informer et, par la représentation des objets ou des lieux que le public ne connait peut-être pas, l’illustration apporte un complément à un lectorat moins instruit. Sans compter que l’illustration qui se doit d’être fiable et véridique d’un point de vue scientifique, a un rôle esthétique.

Concernant la fonction ludique du journal, l’illustration vient en renfort au texte pour distraire et favoriser l’imaginaire du lecteur. Le caractère épisodique des romans et nouvelles, permet au lecteur de retrouver les personnages, de suivre les intrigues, et les illustrations réalisées par de véritables artistes, tels que Grandville (1803 – 1847) ou Honoré Daumier (1808 – 1879), contribuent à attacher le lecteur au journal. 

 

Pauline Rostaingt et Mahé Serre

La Collection Bastaire labellisée Collex

La Collection Bastaire vient de recevoir le label CollEx (Collections d’Excellence pour la recherche) pour une durée de 4 ans (2019-2022).

Cette labellisation est attribuée par le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) CollEx-Persée qui a pour mission d’identifier et valoriser des fonds documentaires présentant un intérêt majeur pour la recherche

Le label CollEx a pour objectif de développer des services au plus près des chercheurs et de faciliter leur accès aux documents patrimoniaux et scientifiques quels que soient les supports en améliorant leur signalement et leur référencement. 

Notre dossier a été examiné par quatre experts dont les conclusions  ont été convergentes dans l’intérêt qu’elles ont porté au dossier.

Les Trappeurs de l’ Arkansas / Gustave Aimard. – Paris : A. Fayard, [1938]. – 1 vol. (pagination multiple) ; 27 cm. – Contenu : Les Trappeurs de l’ Arkansas ; Les Rodeurs de frontières ; Les Francs-tireurs ; Le Coeur-loyal ; La Belle rivière (1ère partie). Cote : C20379

Cette labellisation est une étape importante qui confirme l’intérêt scientifique de ce fonds exceptionnel et le travail au long cours entrepris il y a déjà plusieurs années autour du fonds Bastaire.  C’est une opportunité de valoriser le patrimoine écrit de notre université.

La valorisation du fonds Bastaire est un des objectifs prioritaires de la politique documentaire de la MSH de Clermont. Le projet consiste à poursuivre la description bibliographique de la Collection et l’inventaire des archives de Jean Bastaire afin d’en faciliter l’exploitation scientifique. La numérisation du fonds en collaboration avec la Bibliothèque Numérique de la BU de l’UCA devrait notamment permettre de travailler à la mise en regard entre la partie « archives » et la partie « collection » pour étudier plus précisément comment le processus de constitution de la Collection s’inscrit dans une histoire familiale singulière.
Des projets de recherches en lien avec les laboratoires de la MSH sont également encouragés et se développent autour des archives de la création et de l’étude des processus d’archivage.

Notes de recherche

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search