“Jean Bastaire en 68, sur 68”

         Auteur d’une œuvre riche d’une cinquantaine d’ouvrages, Jean Bastaire (1927-2013) a légué un important fonds d’archives à l’université Clermont-Auvergne. Critique littéraire, théologien, essayiste, journaliste, chroniqueur, collectionneur, dramaturge, poète et romancier, ce polygraphe a conservé plus de 4 000 documents qui témoignent à la fois de sa vie familiale, de son activité de collectionneur, de son parcours intellectuel et de ses pratiques d’écriture.

         Étudier l’influence d’un événement historique tel que Mai 68 sur la pratique d’écriture de Jean Bastaire permet alors d’aborder son activité scripturale et intellectuelle. En relation avec des intellectuels qui se sont exprimés au sujet de Mai 68, opposé à l’impérialisme soviétique et étatsunien, Jean Bastaire critique également dès le début des années 1960 la gauche traditionnelle et la société de consommation. Ce sont là autant d’éléments qui ont pu le conduire à réagir aux événements de 1968. Outil de réflexion et un moyen d’expression, l’activité d’écriture de Jean Bastaire l’a aidé à comprendre les événements et à faire entendre son point de vue à ce sujet. C’est donc sur cette rencontre entre Mai 68 et l’activité d’écriture de Jean Bastaire que porte ce mémoire intitulé « Jean Bastaire en 68, sur 68 ».

Les “notes sur l’événements” témoignent de ces trois phases d’écritures. En effet, ces extraits de ses carnets que Jean Bastaire a envoyé à la rédaction d’Esprit étaient à l’origine destinés à la publication.

         Menée sous la direction de Louis Hincker (professeur d’histoire contemporaine à l’Université Clermont Auvergne) cette recherche allie histoire intellectuelle et ethnologie de l’écriture. Les références explicites à Mai 68 permettent de déceler différentes phases d’écriture : observation, échange puis publication. Étapes clefs de l’analyse des événements par Jean Bastaire, ces phases éclairent la manière dont ce dernier perçoit ses activités scripturales et intellectuelles. À cela s’ajoutent d’autres références ultérieures à 1968 qui révèlent la place que Jean Bastaire accorde à Mai 68 et l’empreinte plus implicite qu’ont pu laisser ces événements sur ses écrits et dans sa vie intellectuelle. 

Les correspondances liées à l’enfance

Au sein des archives d’enfance de Jean Bastaire, les correspondances tiennent une place de choix. Elles représentent trois boîtes d’archives, mais près de 3000 documents. La majorité sont des lettres, mais on trouve aussi un grand nombre de cartes postales. Ces courriers sont échangés avec des membres de sa famille, des amis et des instituteurs.

Une notion personnelle de l’enfance

Les correspondances ne relèvent pas strictement de l’enfance de Jean Bastaire, puisque la période des échanges s’étale entre 1943 et 2010, mais s’y rapportent. En effet, les dossiers avec ses amis, des personnes rencontrées durant sa jeunesse et au début de sa vie adulte, témoignent d’un lien fort avec cette période. Il en est de même avec sa famille, mais aussi avec des instituteurs dont les correspondances montrent l’importance de l’école dans sa vie.

Un témoignage épistolaire

Dans ces correspondances, on trouve de nombreuses lettres écrites par Jean Bastaire. Il avait pris l’habitude à partir des années 1960, de copier à la machine à écrire certains des courriers qu’il envoyait, puis de les classer dans les échanges qu’il entretenait. Les lettres qu’il recevait sont accompagnées certaines fois de cartes postales, et parfois de coupures de presse et de textes littéraires issus de revues. Tous ces documents retracent la vie personnelle et intellectuelle de Jean Bastaire. En effet, les sujets abordés sont autour de la vie familiale, spirituelle/religieuse, de ses impressions sur la vie quotidienne et politique, ou encore sur ses travaux d’écrivain.

Le Petit Voyageur

Avec ses amis, Jean Bastaire devient rédacteur d’un journal. Écrit à la main, Le Petit Voyageur comprend 15 numéros conservés dans les archives d’enfance et « paraît » d’abord à fréquence hebdomadaire  puis mensuelle, entre le 25 juillet 1940 et le 25 septembre 1941.

Des journalistes en herbe

Comme tout bon journal, Le Petit Voyageur traite d’abord de l’actualité avec la situation internationale autour de la guerre. On trouve également des feuilletons, une rubrique humoristique, des articles sur les lectures préférées des journalistes ou sur l’actualité cinématographique. Toutes ces rubriques font passer le journal de 4 pages à 16 pages entre le premier et le dernier numéro. Toutefois, toutes ne sont pas présentes dans chacun des fascicules.

Une du numéro 8 du Petit Voyageur

Le Petit Voyageur est aussi le moyen d’exprimer des témoignages : dans les quatre premiers numéros, Jean Bastaire décrit des évènements de la guerre dans le Puy-de-Dôme en 1940. Michel Bastaire prend aussi part à la rédaction avec un véritable rôle de reporter, en témoignant de la vie quotidienne lors de son passage dans les Chantiers de la Jeunesse en Corrèze.

Le journal des passions

Le Petit Voyageur est avant tout le journal d’un groupe de copains ayant des passions communes pour la lecture, le cinéma et plus encore pour les voyages. Ainsi, une large place est consacrée à des essais de cinéma et de théâtre, des feuilletons sur des explorations et des explorateurs célèbres, ou plus généralement à des récits d’aventures. Le feuilleton de Jean Bastaire : « Le Tour du monde de trois policiers » :  s’étale le long des 15 numéros du journal et reste inachevé. La forme et les histoires d’aventures rappellent Le Journal des Voyages : les évocations de pays lointains, d’explorateurs se mêlent ici à des articles sur l’Empire colonial français.

Deuxième page du numéro 8 du Petit Voyageur

Les amis vont former « Jeunesse-Aventure », un club dont le but est de mettre en place une troupe de théâtre et d’organiser des « passe-temps artistiques et littéraires ». Le Petit Voyageur devient ainsi à partir du numéro 8 le journal officiel de la troupe avec des comptes rendus et des annonces.

Jean Bastaire semble être le principal rédacteur du journal. De nombreuses rubriques sont signées par lui  et l’adresse de la « rédaction » est celle de l’imprimerie familiale. Le sérieux et l’application portés à l’écriture et au journal en général montrent toute l’importance qu’accordait Jean Bastaire à son rôle d’auteur-éditeur.

Quelques feuilletons du journal

Les archives de l’enfant Jean Bastaire

Un témoignage familial

Jean Bastaire avec sa mère et son frère Michel

Les dossiers d’archives d’enfance sont un témoignage photographique et documentaire de la famille de Jean Bastaire. On y trouve des photos de famille et des photos d’identité. Des documents montrent en particulier l’impact de la guerre pendant les années 1939 et 1940 : sur des carnets, Jean et son père décrivent le quotidien familial ainsi que leurs interrogations personnelles. Ces notes sont associées à des coupures de presse sur l’actualité du conflit.

Les inspirations d’un enfant

Ces archives sont également un regard sur l’enfant et l’adolescent qu’a été Jean Bastaire. A travers une diversité de documents, des coupures de presse, des imprimés ou des manuscrits, ces boîtes nous montrent ses centres d’intérêt : une passion pour les voyages, l’écriture et aussi pour le cinéma. Les dossier d’archives recèlent aussi un journal rédigé avec des camarades, Le Petit Voyageur, qui atteste de l’attrait de Jean pour le journalisme et plus généralement pour l’écriture. On trouve enfin les prémices de ce que va être la Collection Bastaire : des carnets et des notes listent et détaillent des ouvrages que Jean et son frère Michel ont ou souhaiteraient acquérir et s’ajoutent à des catalogues de libraires.

Les archives scolaires de Jean Bastaire

Une scolarité complète

Les archives scolaires tiennent une place importante dans les archives d’enfance de Jean Bastaire. Dans 5 des 10 boîtes qu’elles représentent, Jean Bastaire a classé les documents de ses années d’écolier, de collégien et de lycéen, de 1933 à 1945. A l’intérieur, sont rangés des cahiers de différentes disciplines, des interrogations ou encore des manuels. Tous ces documents retracent la vie de l’écolier Jean Bastaire, des cahiers d’écriture de la classe de onzième (CP) aux épreuves du baccalauréat.

Des documents et un classement variés

L’ensemble des documents est composé d’un grand nombre de cahiers de cours et de brouillon, et d’interrogations sur feuilles de papier. On y trouve également en plus faible quantité des dessins ou des carnets de correspondance. Le classement opéré par Jean Bastaire est fait par année scolaire, mais aussi par type de document. Ainsi chacune des années est présente mais ne comprend pas le même nombre de documents.

Notes de recherche