Archives par mot-clé : Archives Jean et Hélène Bastaire

Dixième anniversaire de la mort de Jean Bastaire

Épisode 1 : décrire le fonds Bastaire et ses contenus

                Le travail documentaire est un chantier de longue haleine qui a débuté avant la mort de Jean Bastaire au moment de l’arrivée de la Collection de littérature populaire et enfantine donnée en 2008 à l’université par Jean Bastaire et son frère Michel. Dix mille documents (livres et revues) ont intégré les collections faisant, dans un premier temps, l’objet d’un catalogage de premier niveau, principalement centré sur les ouvrages. Ce premier chantier de retroconversion a été complété et finalisé en phases successives dont la dernière a donné lieu à un chantier sur la qualité des notices des unicats[1] présents dans la collection[2].

Le bureau de Jean Bastaire

                La description du fonds d’archives (120 mètres linéaires) a débuté dès le premier versement en 2012. La première étape a consisté dans le catalogage des 2500 livres des bibliothèques d’Hélène et Jean Bastaire dans le SUDOC. Le choix a été fait, dès le départ, d’intégrer les ouvrages dans le fonds d’archives car nombre d’entre eux contenaient des notes de Jean Bastaire permettant de retracer les lectures et travaux préparatoires de ses textes. Parallèlement, un plan de classement préalablement discuté avec Jean Bastaire a été établit. Conformément aux bonnes pratiques de l’archivistique, il suit de près le classement initial effectué par Jean Bastaire (pour ses propres archives) et par son frère Michel qui a classé les archives de la famille Bastaire[3]. La volumétrie du fonds impose un travail en phases successives qui a débuté avec la description des archives de la famille Bastaire, c’est poursuivi par les archives de l’enfance de Jean Bastaire et par les archives de ses publications, contributions et conférences. En 2024, le prochain chantier prévu porte sur les archives péguystes.

Outils de recherche

                Le catalogage de la collection comme des archives a été mené conformément aux normes documentaires en vigueur et effectué dans les deux catalogues collectifs de l’enseignement supérieur et de la recherche : le SUDOC (imprimés) et Calames (archives) ce qui donne une visibilité particulière au fonds. Une signature a été apposée à chaque notice de description du document pour signifier leur appartenance à la collection ou aux archives Bastaire. Cela permet de cibler la recherche dans le sudoc sur les documents du fonds uniquement. (voir l’article Consulter le fonds Bastaire) Depuis plusieurs années, il bénéficie du soutien financier de l’agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) qui appuie les chantiers de retroconversion des établissements. Le fonds est également décrit dans son ensemble dans le CCFr (Catalogue Collectif de France) dont les répertoire recense les fonds de plus de 500 établissements.

Une collection d’excellence pour la recherche

                Initialement conservé à la bibliothèque universitaire de Lafayette, le fonds Bastaire est désormais hébergé au sein de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand afin de faciliter son appropriation par la communauté des chercheurs. La labellisation Collection d’Excellence pour la recherche en 2019 lui a donné une reconnaissance certaine. La Collection Bastaire est la première collection de littérature populaire reconnue comme un gisement documentaire important pour la recherche marquant une nouvelle étape dans le processus de légitimation d’une littérature longtemps méprisée. C’est un aspect qui aurait certainement donné beaucoup de satisfaction à Jean Bastaire, amateur érudit, qui était tout à fait conscient et désireux de faire entrer la littérature populaire à l’université.

Chantiers à venir

                Dans le domaine documentaire, les tâches à mener sont encore nombreuses. Il faudra rapidement finaliser le catalogage des revues de la collection. Le fonds Bastaire attend également des conditions de conservation plus favorables : de nombreux travaux ont montré la fragilité des supports imprimés du XIXe siècle et du début du XXe siècle. L’intérêt croissant des chercheurs pour les collections et collectionneurs de littératures populaires et le développement des études en cultures médiatiques appelle aussi à un renforcement de la coopération entre les établissements conservant des fonds similaires. L’établissement d’une cartographie des fonds de littérature populaire pourrait précéder la mise en place d’une politique de conservation partagée d’un patrimoine documentaire fragile et dispersé. Ces perspectives ont été régulièrement partagée avec les professionnels des métiers du livre de l’université.

Les liens entre la Collection Bastaire et les formations de l’UCA dans le domaine des métiers du livre et de l’édition feront l’objet du deuxième épisode…

A lire aussi : Dixième anniversaire de la mort de Jean Bastaire


[1] Les unicats sont les documents en un seul exemplaire dans le reseau du SUDOC

[2] Les enjeux du catalogage de la collection feront l’objet d’un billet spécifique

[3] Catherine Frichet dans son travail de recherche sur la collection Bastaire a montré le goût de l’archive des deux frères Bastaire et en particulier de Michel.

Dixième anniversaire de la mort de Jean Bastaire

Jean Bastaire est mort il y a 10 ans, le 24 août 2013 à Meylan en Isère.

Jean Bastaire a légué l’ensemble de ses archives et de sa bibliothèque ainsi que les archives de sa femmes Hélène à l’université Blaise Pascal, aujourd’hui Université Clermont Auvergne.

A l’occasion des 10 ans sa mort, nous revenons sur les projets documentaires, pédagogiques et de recherche qui ont été menés  depuis 2013 pour valoriser le fonds Bastaire et favoriser son exploitation par la recherche.

              C’est une tâche au long court qui a débuté avec l’intégration de la Collection Bastaire dans les fonds documentaires de l’université (don en 2008) et qui se poursuit depuis plusieurs années avec le classement et la description des archives Hélène et Jean Bastaire et le catalogage de leurs bibliothèques personnelles.

              Socle de tous les projets, le travail documentaire a permis de mettre en place d’autres activités : exploitation pédagogique du fonds de littérature populaire et enfantine, projets de recherche sur la collection et les archives… La reconnaissance du fonds Bastaire comme une collection d’excellence pour la recherche (CollEx) a été une étape importante et a débouché sur le lancement d’un vaste projet de recherche soutenu par le GIS CollEx Persée « Itinéraire de la Collection Bastaire » associant des chercheurs de plusieurs disciplines et de plusieurs universités.

              Les activités sur la collection de littérature populaire et les archives liées se sont beaucoup développées ces dix dernières années.  Le mémoire de master de Catherine Frichet “La Collection Bastaire : mémoires de papier” offre une réflexion essentielle sur la collection. Pourtant, après un premier travail sur Jean Bastaire en 1968, les archives Jean et Hélène Bastaire attendent toujours de servir de corpus d’étude a une  recherche d’ampleur sur Jean Bastaire, écrivain et précurseur de l’écologie chrétienne. Nous espérons que l’avancée régulière dans la description des archives permettra d’entamer une nouvelle phase d’exploitation du fonds dans les prochaines années.

Retour sur 10 années de compagnonnage avec le fonds Bastaire en quelques épisodes.

Épisode 1 : décrire le fonds Bastaire et ses contenus

Écrire en 68, sur 68 : Jean Bastaire, une spiritualité de gauche à l’épreuve

Encore peu étudié malgré une production intellectuelle riche d’une cinquantaine d’ouvrages, Jean Bastaire (1927-2013) a légué un important fond d’archive à l’Université Clermont Auvergne. Riche de plus de 4 000 documents, il s’agit d’une source exceptionnelle pour ceux qui s’intéressent à l’histoire intellectuelle du XXe siècle. En léguant sa correspondance, ses Carnets, ses brouillons ou encore les textes de ses conférences, Jean Bastaire a ainsi pu laisser une trace de son atelier d’écriture.

Menée sous la direction de Louis Hincker (professeur d’histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne), ce mémoire intitulé « Écrire en 68, sur 68 : Jean Bastaire une spiritualité de gauche à l’épreuve » s’intéresse à la rencontre entre cet atelier d’écriture et les événements de Mai 68. Fervent catholique, la spiritualité occupe une place centrale au sein de sa pensée à une époque où la société connaît une déchristianisation. À la veille de Mai 68, Jean Bastaire est également un intellectuel qui collabore avec des médias tels qu’Esprit ou Le Monde. Il critique alors l’impérialisme (soviétique ou étatsunien) et la Gauche institutionnelle. Partageant certaines revendications portées par les militants de Mai 68, Jean Bastaire est pourtant surpris et déstabilisé par ce mouvement.

Les brouillons de Court Traité d’Innocence offrent un témoignage de la manière dont Jean Bastaire à réutilisé ses écrits de l’année 1968 pour donner naissance à une oeuvre nouvelle.

Bien que sa réaction ne corresponde pas aux engagements-types de Mai 68, ce printemps a influencé son activité d’écriture. Prenant dans un premier temps ses distances avec les événements, il construit sa propre analyse de ces derniers et la confronte avec celle d’autres intellectuels. Ce n’est qu’à l’issue de ces échanges qu’il produit quelques articles à ce sujet. Une telle attitude vis-à-vis des événements – entre distance et proximité – conduit alors questionner la notion d’engagement. Est-il possible de considérer Jean Bastaire comme engagé durant Mai 68 ?

En s’intéressant aux conséquences des mois de mai et juin 1968 sur l’atelier d’écriture de Jean Bastaire, cette recherche s’inscrit également sur un temps plus long : celui des « années 68 ». Le printemps 68 a mis en lumière un certain décalage entre Jean Bastaire et les groupes intellectuels dont il fait partie : il s’affirme comme un intellectuel catholique. Sans changer ses idées, il les diffuse par des biais différents. Mai 68 a également eu un impact profond sur le processus créatif de Jean Bastaire. L’étude de ses brouillons permet alors d’interroger le lien entre littérature, création et histoire.

En étudiant un cas particulier – le moment d’écriture de Jean Bastaire correspondant aux « années 68 » – cette recherche apporte un éclairage intéressant sur l’histoire intellectuelle de Mai 68. Elle offre en effet l’exemple d’un type de réaction à Mai 68 qui ne correspond pas aux actions privilégiées par les grandes synthèses sur l’engagement des intellectuels durant le printemps 68.

La Collection Bastaire labellisée Collex

La Collection Bastaire vient de recevoir le label CollEx (Collections d’Excellence pour la recherche) pour une durée de 4 ans (2019-2022).

Cette labellisation est attribuée par le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) CollEx-Persée qui a pour mission d’identifier et valoriser des fonds documentaires présentant un intérêt majeur pour la recherche

Le label CollEx a pour objectif de développer des services au plus près des chercheurs et de faciliter leur accès aux documents patrimoniaux et scientifiques quels que soient les supports en améliorant leur signalement et leur référencement. 

Notre dossier a été examiné par quatre experts dont les conclusions  ont été convergentes dans l’intérêt qu’elles ont porté au dossier.

Les Trappeurs de l’ Arkansas / Gustave Aimard. – Paris : A. Fayard, [1938]. – 1 vol. (pagination multiple) ; 27 cm. – Contenu : Les Trappeurs de l’ Arkansas ; Les Rodeurs de frontières ; Les Francs-tireurs ; Le Coeur-loyal ; La Belle rivière (1ère partie). Cote : C20379

Cette labellisation est une étape importante qui confirme l’intérêt scientifique de ce fonds exceptionnel et le travail au long cours entrepris il y a déjà plusieurs années autour du fonds Bastaire.  C’est une opportunité de valoriser le patrimoine écrit de notre université.

La valorisation du fonds Bastaire est un des objectifs prioritaires de la politique documentaire de la MSH de Clermont. Le projet consiste à poursuivre la description bibliographique de la Collection et l’inventaire des archives de Jean Bastaire afin d’en faciliter l’exploitation scientifique. La numérisation du fonds en collaboration avec la Bibliothèque Numérique de la BU de l’UCA devrait notamment permettre de travailler à la mise en regard entre la partie « archives » et la partie « collection » pour étudier plus précisément comment le processus de constitution de la Collection s’inscrit dans une histoire familiale singulière.
Des projets de recherches en lien avec les laboratoires de la MSH sont également encouragés et se développent autour des archives de la création et de l’étude des processus d’archivage.

“Jean Bastaire en 68, sur 68”

         Auteur d’une œuvre riche d’une cinquantaine d’ouvrages, Jean Bastaire (1927-2013) a légué un important fonds d’archives à l’université Clermont-Auvergne. Critique littéraire, théologien, essayiste, journaliste, chroniqueur, collectionneur, dramaturge, poète et romancier, ce polygraphe a conservé plus de 4 000 documents qui témoignent à la fois de sa vie familiale, de son activité de collectionneur, de son parcours intellectuel et de ses pratiques d’écriture.

         Étudier l’influence d’un événement historique tel que Mai 68 sur la pratique d’écriture de Jean Bastaire permet alors d’aborder son activité scripturale et intellectuelle. En relation avec des intellectuels qui se sont exprimés au sujet de Mai 68, opposé à l’impérialisme soviétique et étatsunien, Jean Bastaire critique également dès le début des années 1960 la gauche traditionnelle et la société de consommation. Ce sont là autant d’éléments qui ont pu le conduire à réagir aux événements de 1968. Outil de réflexion et un moyen d’expression, l’activité d’écriture de Jean Bastaire l’a aidé à comprendre les événements et à faire entendre son point de vue à ce sujet. C’est donc sur cette rencontre entre Mai 68 et l’activité d’écriture de Jean Bastaire que porte ce mémoire intitulé « Jean Bastaire en 68, sur 68 ».

Les “notes sur l’événements” témoignent de ces trois phases d’écritures. En effet, ces extraits de ses carnets que Jean Bastaire a envoyé à la rédaction d’Esprit étaient à l’origine destinés à la publication.

         Menée sous la direction de Louis Hincker (professeur d’histoire contemporaine à l’Université Clermont Auvergne) cette recherche allie histoire intellectuelle et ethnologie de l’écriture. Les références explicites à Mai 68 permettent de déceler différentes phases d’écriture : observation, échange puis publication. Étapes clefs de l’analyse des événements par Jean Bastaire, ces phases éclairent la manière dont ce dernier perçoit ses activités scripturales et intellectuelles. À cela s’ajoutent d’autres références ultérieures à 1968 qui révèlent la place que Jean Bastaire accorde à Mai 68 et l’empreinte plus implicite qu’ont pu laisser ces événements sur ses écrits et dans sa vie intellectuelle.