Archives de catégorie : Travaux pédagogiques

L’Auberge de l’ange gardien de la Comtesse de Ségur, 1863

La vie en rose

Un général russe prisonnier transforme l’Auberge de l’ange gardien en un lieu idyllique.

Paul et Jacques, deux jeunes enfants affamés et abandonnés dans le froid, sont sauvés par un soldat qui les mène à l’Auberge de l’ange gardien et les confie aux deux sœurs aubergistes avant de repartir au combat. Un fois la paix revenue, le soldat Moutier revient accompagné du général Dourakine, son prisonnier de guerre russe. Tout s’enchaîne : assassinat, vol, rencontre avec le père des enfants, mariages… L’Auberge de l’ange gardien sera pendant un temps l’auberge d’une belle famille recomposée.

Paru en 1863, L’Auberge de l’ange Gardien est le dixième roman publié dans la bibliothèque rose par la Comtesse de Ségur, auteure phare de cette collection. Il a connu une pré-publication en feuilleton dans La Semaine des Enfants, un périodique pour la jeunesse également édité par Hachette.

Le roman, où l’inspiration chrétienne est sensible, mêle fiction et éléments historiques puisque l’histoire se déroule pendant la guerre de Crimée, guerre opposant entre 1853 et 1856, la Russie et l’empire Ottoman. Le général Dourakine, personnage haut en couleur, remportera un tel succès qu’il deviendra le protagoniste d’un roman éponyme de la comtesse de Ségur, publié en feuilleton cette même année 1863 dans La Semaine des Enfants.

Baptiste Pernel et Chloé Nivoliez

Les trappeurs de l’Arkansas, Gustave Aimard, 1949

Un roman d’aventure pour adolescents

Les trappeurs de l’Arkansas est l’une des œuvres les plus connues de l’auteur populaire Gustave Aimard. Son succès a donné lieu à de nombreuses rééditions et adaptations, notamment au théâtre et en bande-dessinée.

            Lorsque Rafaël, un adolescent de seize ans, tue un vaquero, il est chassé par son père. Il se réfugie alors dans les prairies où il devient un trappeur respecté, nommé le Cœur-Loyal. Avec son ami Belhumeur, il vit de nombreuses aventures. Sur son chemin, il se lie d’amitié avec un chef comanche du nom de Tête d’Aigle, affronte une bande de pirates des prairies, trouve l’amour et se construit une vie paisible et heureuse.

   Ce récit utilise les codes du roman d’aventure : le héros – un jeune garçon – vit des aventures, voyage, fait face à de nombreuses péripéties, affronte des ennemis et trouve l’amour.

Ce roman a été publié pour la première fois chez  l’éditeur Amyot en 1858 et coûtait 1Fr 60. Réédité en 1949 dans la Bibliothèque Rouge et Or des éditions GP,  avec un papier épais, de 15cm sur 21 cm, sa couverture rigide est richement illustrée et très colorée.

Gustave Aimard était un auteur productif : son œuvre compte plus d’une soixantaine de romans.   Les aventures qu’il dépeint dans ses récits sont inspirées de ses expériences de vie, de ses voyages, de ses rencontres… On y retrouve souvent les mêmes thèmes : l’abandon/l’adoption, les indiens, l’ouest-américain…

Ce genre d’histoire intéressait principalement des lecteurs masculins adolescents en recherche d’aventure, de rebondissements, d’un cadre exotique en quête d’évasion et  et de  nouveaux horizons.

Gustave Aimard est un auteur très représenté dans la Collection Bastaire. C’était l’un des auteurs préférés de Jean Bastaire qui lui a d’ailleurs consacré un livre.

Charlotte Bastenier et Marie-Camille Degois

Références bibliographiques :

BASTAIRE Jean. Sur la piste de Gustave Aimard, trappeur quarante-huitard, Encrage, Amiens, 2003, 140 p.

L’Affaire de Green Oak, Les Films du Far-West, Les éditions modernes, 1931

L’Affaire de Green Oak, une aventure dans l’ouest

James A. Cookers est un banquier au passé louche. Son ami Screw lui soutire de largent pour acheter son silence. Un jour Screw apprend à Cookers quil est amoureux de Mary Climby, la fille du propriétaire du ranch de Green Oak, mais celle-ci est déjà fiancée. Pour épouser Mary, Screw est prêt à tout

Adapté en court ciné-roman par Hubert Raimond en 1931, d’après le film éponyme, l’Affaire de Green Oak possède tous les ingrédients du western : des méfaits commis pour des histoires d’argent, des duels pour emporter l’amour d’une femme, tout cela au cœur d’un ranch. En seulement quatorze pages, l’intrigue est pleinement efficace.

« Répondant aux vœux maintes fois exprimés par nos lecteurs, nous publierons donc chaque semaine un récit absolument complet tiré d’un grand film mouvementé », telle est la devise de la collection des Films du Far-West, des Éditions Modernes, que l’on trouve au dos du fascicule.

La publication de cette collection est hebdomadaire, tous les jeudis, avec un prix de 0,30 F particulièrement abordable pour un public populaire.

Durant cette période de lEntre-deux-guerres, le public porte un intérêt grandissant pour les cultures étrangères. Avec cette collection de ciné-romans, les lecteurs français sont invités au voyage au sein d’une culture profondément différente de la leur, celle des États-Unis du début du XXe siècle.

Le cinéma se développe et s’allie à la littérature pour créer une nouvelle forme de divertissement, dans un contexte de culture de masse : la lecture du cinéma.

Camille Martin, Ouahiba Zitouni et Zoé Tessier

 

MIEUX QU’UNE VILLE D’OR, ÉDITION DU CLOCHER, COLLECTION ROMANS MISSIONNAIRES, 1945

De la propagande catholique dans un roman jeunesse

A la recherche de l’Eldorado, ils finissent par trouver la foi… Ce fascicule exploite le thème de l’exploration et du voyage au service de la propagande catholique.

Mieux qu’une ville d’or relate de manière diachronique l’histoire de trois enfants – Norbert, Colette et Francis – en Guyane française, peu après l’abolition de l’esclavage. Partis en quête de l’Eldorado, les enfants se font kidnapper par un criminel, Poulot Caillette, avant d’être retenus en otage par des indiens. Un missionnaire va tout faire pour les sauver et les ramener à leur village. Au terme de leurs aventures, les enfants n’auront pas trouvé l’Eldorado mais la foi en Dieu.

Écrite par A. M. Panheleux, cette histoire pour la jeunesse a été publiée en 1945 dans la collection hebdomadaire « Romans Missionnaires », des Éditions du Clocher, à Toulouse. Elle prend la forme d’un petit fascicule de 21,5 sur 13,5 cm, de 64 pages, destiné à une lecture rapide, pour une somme modique.

L’ouvrage s’inscrit dans une logique de propagande catholique. Le sens du devoir religieux est mis en avant par Norbert qui, touché par l’aide qu’il a reçue de la part du missionnaire décide de se faire prêtre à son tour. L’idéologie du récit est conservatrice : le prêtre fait l’objet d’une confiance aveugle de la part des enfants et les indiens sont déshumanisés.

Ce fascicule témoigne de la permanence des publications catholiques pour la jeunesse dans l’immédiat après-guerre : en s’appuyant sur le roman d’aventure et un format bon marché, les éditeurs catholiques cherchent à raviver la foi des adolescents au moment où des idéologies rivales telles que le communisme jouissent d’un prestige aussi séduisant qu’inquiétant.

Alexiane Tayot et Léa Dhermy

Le Magasin d’Éducation et de Récréation, édition Hetzel, volume n°29 de l’année 1879

Avec Le Magasin d’Éducation et de Récréation, la jeunesse s’amuse.

Magasin d’Education et de Récration, Vol 29, 1879. Collection Bastaire Université Clermont Auvergne

Publiée pour la première fois en 1864, par Jean Macé, Jules Vernes, et Pierre-Jules Hetzel, la revue littéraire Le Magasin d’Éducation et de Récréation a pour vocation première d’éduquer et  de divertir.

Pour cela, elle publie une grande majorité de romans feuilletons que ses lecteurs peuvent suivre deux fois par mois. Dans l’optique de proposer un contenu de qualité, la revue fait appel à de nombreux écrivains reconnus tels que Jules Vernes, Alexandre Dumas, André Laurie ou Hector Malot. Malgré cela elle connaît des débuts difficiles, avec un nombre d’abonnés qui ne dépassera pas 10 000 lecteurs avant 1875.

Le volume n°29 de la Collection Bastaire, qui regroupe les numéros parus au cours de l’année 1879 s’impose comme la revue de référence de par sa qualité matérielle et substantielle. La revue place l’image au cœur du récit littéraire pour l’enfance. De fait, elle touche un vaste lectorat puisqu’elle s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux jeunes adultes. L’instruction doit être amusante et agréable afin d’être diffusée le plus efficacement possible. Cet idéal constitue un mouvement de pensée partagé par beaucoup.

Le Magasin d’Éducation et de Récréation est donc le terrain d’exercice par excellence de nombreux auteurs et illustrateurs de talent qui voient dans l’instruction un remède à l’injustice sociale et aux inégalités de la fin du XIXème siècle.

            Selon Charles Asselineau critique littéraire de l’époque, “le crayon doit être vraiment confident de la plume et complice aussi”. Il semblerait que P.-J. Hetzel ait appliqué cette pensée à la lettre dans le processus de création du Magasin notamment avec son travail de traduction, de réécriture et d’adaptation de classiques littéraires, par la création de textes inédits en son nom propre (P.-J. Stahl) ou signés de la main de Jean Macé et Jules Vernes entre autres. Le travail de ce dernier, dont le fer de lance est la vulgarisation scientifique connaîtra une grande notoriété. Ainsi dès 1870, son nom apparaît aux côtés des fondateurs du Magasin, en qualité de directeur littéraire.

Manon Albuixech et Hugo Hanne