Tous les articles par Hélène Veilhan

L’homme debout de Roger Dombre

Un roman catholique entre tradition et revendication

L’Homme debout est un roman populaire chrétien écrit par Roger Dombre et édité par la maison d’édition catholique Maison de la Bonne Presse en 1911. Il appartient à la collection « Romans Populaires » qui connait au début du siècle un succès fulgurant. Leur format de 14 centimètres par 20 ainsi que leur faible épaisseur d’un demi-centimètre en font des ouvrages pratiques à lire et transporter (roman de poche). De plus, le catalogue très fourni de la collection offre un panel d’histoires à un large public, qui peut se procurer les ouvrages facilement grâce à un coût peu élevé (50 francs), expliqué par une qualité de papier et d’impression moindre.

Collection Bastaire
L’homme debout, Roger Dombre, Maison de la Bonne Presse, 1911, 50 centimes, 96p, format 14×20.5×0.5 cm

L’auteur de ce roman populaire, Roger Dombre, se nomme en réalité Marguerite Sisson et a choisi de publier ses ouvrages sous un pseudonyme masculin, comme il est courant de le faire dans la littérature populaire de l’époque. Visant prioritairement un lectorat féminin, il met en exergue les valeurs morales et traditionalistes de la société patriarcale et catholique du début du XXème siècle.

Le récit confronte Suzanne, jeune fille pieuse et courageuse sortant du couvent, à son oncle le Dr Hozeranne, odieux, riche et impie. Il met en scène Suzanne à la recherche de son père disparu, abordant ainsi les questions de la piété filiale, de l’abnégation, du sacrifice et de la foi.

L’auteur défend l’image d’une femme catholique pure, pieuse et  forte face au mal. Elle se doit d’être courageuse, tout en se montrant respectueuse des institutions et de la hiérarchie familiale.

Il convient de replacer l’ouvrage dans le contexte historique de l’époque : durant la première moitié du XXème siècle, les publications catholiques partent en guerre contre la déchristianisation progressive de la société, amorcée dès la fin du XIXème siècle. Les publications appartiennent ainsi à ce que l’on pourrait qualifier de catholicisme de combat.

Aux côtés de cette ligne éditoriale chrétienne qui marque les romans populaires de la Maison de la Bonne Presse, se côtoient également les collections populaires sentimentales, comme la collection « Fama » des éditions Marcel Daubin, ou encore les collections populaires laïques comme la collection à 20 centimes « Le petit livre » des éditions Ferenczi qui connait un énorme succès. Ainsi collections populaires sentimentales, chrétiennes et laïques contribuent ensemble à l’essor extraordinaire de la production éditoriale de ce début de siècle.

Marine Mouton et Morgane Dansin

Références bibliographiques :

GODFRIN Jacqueline et Philippe. Une centrale de presse catholique : la Maison de la bonne presse et ses publications, Presses universitaires de France, Paris, 1965, 238 p.

 

 

Milda la Serbe

Le roman sentimental, miroir de la société

Milda la Serbe, écrit par Pierre Adam et publié en 1915 dans la collection Le petit livre de l’éditeur Ferenczi, est un roman sentimental qui reflète les préoccupations – réelles et supposées – de la femme et sa place dans la société de l’époque. L’histoire se déroule en Serbie durant les tensions précédant la Première Guerre Mondiale, qui n’occupent qu’une fonction d’arrière-plan mais impliquent une dimension patriotique, la Serbie étant alliée à la France.

Elle est centrée sur une jeune fille riche et convoitée, qui nourrit des sentiments pour un pauvre berger de son village natal. Cette relation amoureuse, qui semble vouée à l’échec, sera mise à l’épreuve au cours des évènements dramatiques dans le roman. Mais les héros parviendront tout de même à surmonter les épreuves et à se marier.

Ce récit témoigne des goûts des lectrices de l’époque, ou ce qu’on en supposait : des histoires simples, idéalisées et superficielles, qui ont toujours une fin heureuse et ne se préoccupent que du mariage et du statut social de la femme, sans chercher toutefois à les instruire. Il correspond aux codes “classiques” du roman d’amour et constitue un exemple caractéristique des débuts de la vogue du roman sentimental.

Ainsi Ferenczi, l’un des premiers éditeurs populaires, a contribué, grâce à  ses collections petit format telles que Le petit livre  (20cts, créé en 1912) ou Le livre épatant (35cts, 1913), au développement des romans sentimentaux qui, d’après Ellen Constans, représentèrent des dizaines de milliers de titres dans la production éditoriale du XXème siècle .

Lucie Raeckelboom, Sophie Pilven, Clémence Burgun

Références bibliographiques :

CONSTAN, Ellen. Parlez-moi d’amour: le roman sentimental : des romans grecs aux collections de l’an 2000, Presses Universitaires de Limoges, 1999, 349 p.

Mémoires de papier

Le mémoire de Master de Catherine Frichet est le premier travail de recherche consacré exclusivement à la Collection Bastaire. Il a été encadré par Nathalie Ponsard, Maître de Conférence en histoire contemporaine à l’UFR LLSH de Clermont-Ferrand (consulter le mémoire).

 A partir des entretiens menés avec Jean Bastaire et s’appuyant sur une description détaillée, Catherine Frichet montre comment la Collection Bastaire témoigne des modalités d’installation et d’appropriation de la culture médiatique dans la première partie du XXe siècle.

Exemples de fiches du catalogue provisoire de Jean (fig. 23, p. 81)
Exemples de fiches du catalogue provisoire de Jean (fig. 23, p. 81)

Elle explore dans un premier temps les racines de la Collection (origines familiales des collectionneurs et rôle des lectures enfantines) pour consacrer le cœur de son travail au processus de constitution de la Collection puis à un portrait documentaire reflétant l’histoire de l’édition populaire.

Le mémoire se termine par une mise en perspective de la Collection Bastaire à la fois dans le paysage des fonds de littérature populaire en France et dans un champ de recherche en cours de structuration : celui des cultures médiatiques.

L’intérêt de la recherche va plus loin : il permet d’appréhender la diversité des approches possibles autour du Fonds Bastaire en insistant sur le potentiel du dialogue entre les archives de Jean et Michel Bastaire et la Collection et sur la richesse d’une approche pluridisciplinaire. Catherine Frichet ouvre également d’autres pistes de recherche que ce soit pour interroger les frontières entre les champs de l’enfance et ceux de la culture populaire (production éditoriale, réception) ou pour travailler sur une anthropologie de l’écrit et de la lecture dans le cadre de la transmission familiale.

Dans le droit fil de la lecture passionnée des romans d’aventures par Jean Bastaire, chaque lecteur dégagera ses propres pistes pour explorer les terrains de la Collection, l’équipe des Carnets Jean Bastaire les espère nombreuses.

Hélène Veilhan