Écrire en 68, sur 68 : Jean Bastaire, une spiritualité de gauche à l’épreuve

Encore peu étudié malgré une production intellectuelle riche d’une cinquantaine d’ouvrages, Jean Bastaire (1927-2013) a légué un important fond d’archive à l’Université Clermont Auvergne. Riche de plus de 4 000 documents, il s’agit d’une source exceptionnelle pour ceux qui s’intéressent à l’histoire intellectuelle du XXe siècle. En léguant sa correspondance, ses Carnets, ses brouillons ou encore les textes de ses conférences, Jean Bastaire a ainsi pu laisser une trace de son atelier d’écriture.

Menée sous la direction de Louis Hincker (professeur d’histoire contemporaine à l’Université Clermont-Auvergne), ce mémoire intitulé « Écrire en 68, sur 68 : Jean Bastaire une spiritualité de gauche à l’épreuve » s’intéresse à la rencontre entre cet atelier d’écriture et les événements de Mai 68. Fervent catholique, la spiritualité occupe une place centrale au sein de sa pensée à une époque où la société connaît une déchristianisation. À la veille de Mai 68, Jean Bastaire est également un intellectuel qui collabore avec des médias tels qu’Esprit ou Le Monde. Il critique alors l’impérialisme (soviétique ou étatsunien) et la Gauche institutionnelle. Partageant certaines revendications portées par les militants de Mai 68, Jean Bastaire est pourtant surpris et déstabilisé par ce mouvement.

Les brouillons de Court Traité d’Innocence offrent un témoignage de la manière dont Jean Bastaire à réutilisé ses écrits de l’année 1968 pour donner naissance à une oeuvre nouvelle.

Bien que sa réaction ne corresponde pas aux engagements-types de Mai 68, ce printemps a influencé son activité d’écriture. Prenant dans un premier temps ses distances avec les événements, il construit sa propre analyse de ces derniers et la confronte avec celle d’autres intellectuels. Ce n’est qu’à l’issue de ces échanges qu’il produit quelques articles à ce sujet. Une telle attitude vis-à-vis des événements – entre distance et proximité – conduit alors questionner la notion d’engagement. Est-il possible de considérer Jean Bastaire comme engagé durant Mai 68 ?

En s’intéressant aux conséquences des mois de mai et juin 1968 sur l’atelier d’écriture de Jean Bastaire, cette recherche s’inscrit également sur un temps plus long : celui des « années 68 ». Le printemps 68 a mis en lumière un certain décalage entre Jean Bastaire et les groupes intellectuels dont il fait partie : il s’affirme comme un intellectuel catholique. Sans changer ses idées, il les diffuse par des biais différents. Mai 68 a également eu un impact profond sur le processus créatif de Jean Bastaire. L’étude de ses brouillons permet alors d’interroger le lien entre littérature, création et histoire.

En étudiant un cas particulier – le moment d’écriture de Jean Bastaire correspondant aux « années 68 » – cette recherche apporte un éclairage intéressant sur l’histoire intellectuelle de Mai 68. Elle offre en effet l’exemple d’un type de réaction à Mai 68 qui ne correspond pas aux actions privilégiées par les grandes synthèses sur l’engagement des intellectuels durant le printemps 68.



Citer ce billet
Camille Chatelain (2020, 2 octobre). Écrire en 68, sur 68 : Jean Bastaire, une spiritualité de gauche à l’épreuve. Carnets Jean Bastaire. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lw0g