Épatant, L’Épatant !

L’épatant n°61 du 27 octobre 1938

Jusqu’au début du XXe siècle les publications de périodiques ciblent peu le public populaire, préférant un lectorat plus « cultivé » et aisé. En 1899, la maison d’édition Offenstadt frères émerge, bouleversant le marché de la presse. Suivant un mouvement populaire, ils travaillent sur petit format et papier bon marché. Ils vendent leur périodique L’Épatant 5 centimes à ses débuts, soit 20 centimes d’euros.

L’épatant n°61, 27 octobre 1938

Le n°61 du 27 octobre 1938 est représentatif de la notoriété de la bande-dessinée des Pieds Nickelés, créée par Louis Forton en 1908 et reprise par Aristide Perré de 1934 à 1938.

En effet, les trois lascars augmentent la popularité du périodique. Leur argot fait scandale dans le milieu bien-pensant, mais attire résolument les lecteurs et les lectrices du prolétariat. Les personnages sont des anti-héros, gangsters ou maladroits. Ils sont totalement opposés aux valeurs chrétiennes et bourgeoises. À visée récréative avec ses nouvelles, ses jeux, ses romans à suivre et ses publicités de farces et attrapes, L’Épatant se caractérise par un ton léger et plus enfantin. Ce périodique cible tous les genres et âges, les barrières sont brisées. La notion d’enfance semble être prise dans son acception d’innocence et de jeux.

Ce ton rigolard est accentué dans le n°61, par la parution des « Aventures acrobatiques de Charlot », personnage populaire et comique par excellence. Un supplément parodique, « La Patte de thon », illustre également l’ambiance bon enfant de l’hebdomadaire. Ce sont les héros du peuple qui sont représentés, ce qui permet de comprendre le succès de la publication des Offenstadt. Ils ont pensé aux plus modestes, quand la plupart de leurs concurrents ont misé sur la bourgeoisie et/ou les milieux catholiques.

Juliette Vincent et Sarah Cubizolle



Citer ce billet
Hélène Veilhan (2020, 10 septembre). Épatant, L’Épatant ! Carnets Jean Bastaire. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lw0e