Le Musée des familles, un journal encyclopédiste populaire ?

Le Musée des familles : Lectures du soir (1833-1900), volume des années 1845 et 1846

Le Musée des Familles 1845-1846

Ce journal pensé par Emile de Girardin , Auguste Cleemann et Laurent-Joseph Boutmy, paraît pour la première fois en 1833. C’est à cette époque qu’un nouveau format de presse apparaît à Londres, la presse illustrée. Celle-ci a d’abord une visée encyclopédique, que l’on retrouve à la perfection dans le Musée des familles. En effet, dans le titre même du journal, on retrouve cette notion de partage des savoirs avec le mot « Musée » et l’indication d’un large public visé avec le mot « familles ».

Ce journal n’aborde pas l’actualité, mais des sujets plus larges tel que des études sur la morale, la littérature, l’histoire, l’art, et les sciences, avec par exemple la série documentaire « Les peintres célèbres » qui fait le portait d’artistes. On retrouve aussi des contes, des nouvelles et de la poésie. Le journal est constitué d’articles qui portent sur un sujet précis, dont certains sont divisés et publiés au fil des mois, comme par exemple une étude sur « L’histoire pittoresque de la typographie » divisée en trois parties. Le Musée des familles est ainsi destiné à un public s’intéressant à la culture et soucieux d’apprendre.

Les illustrations confèrent à ce journal son originalité puisqu’il est l’un des premiers à s’en doter. Elles constituent un argument de poids pour le lectorat : l’image est un langage universel. Le Musée des familles utilise les gravures à différentes fins. La première fonction que nous retrouvons dans ce journal est celle d’informer et, par la représentation des objets ou des lieux que le public ne connait peut-être pas, l’illustration apporte un complément à un lectorat moins instruit. Sans compter que l’illustration qui se doit d’être fiable et véridique d’un point de vue scientifique, a un rôle esthétique.

Concernant la fonction ludique du journal, l’illustration vient en renfort au texte pour distraire et favoriser l’imaginaire du lecteur. Le caractère épisodique des romans et nouvelles, permet au lecteur de retrouver les personnages, de suivre les intrigues, et les illustrations réalisées par de véritables artistes, tels que Grandville (1803 – 1847) ou Honoré Daumier (1808 – 1879), contribuent à attacher le lecteur au journal. 

 

Pauline Rostaingt et Mahé Serre


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Hélène Veilhan (9 septembre 2020). Le Musée des familles, un journal encyclopédiste populaire ? Carnets Jean Bastaire. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lw0d