L’Auberge de l’ange gardien de la Comtesse de Ségur, 1863

La vie en rose

Un général russe prisonnier transforme l’Auberge de l’ange gardien en un lieu idyllique.

Paul et Jacques, deux jeunes enfants affamés et abandonnés dans le froid, sont sauvés par un soldat qui les mène à l’Auberge de l’ange gardien et les confie aux deux sœurs aubergistes avant de repartir au combat. Un fois la paix revenue, le soldat Moutier revient accompagné du général Dourakine, son prisonnier de guerre russe. Tout s’enchaîne : assassinat, vol, rencontre avec le père des enfants, mariages… L’Auberge de l’ange gardien sera pendant un temps l’auberge d’une belle famille recomposée.

Paru en 1863, L’Auberge de l’ange Gardien est le dixième roman publié dans la bibliothèque rose par la Comtesse de Ségur, auteure phare de cette collection. Il a connu une pré-publication en feuilleton dans La Semaine des Enfants, un périodique pour la jeunesse également édité par Hachette.

Le roman, où l’inspiration chrétienne est sensible, mêle fiction et éléments historiques puisque l’histoire se déroule pendant la guerre de Crimée, guerre opposant entre 1853 et 1856, la Russie et l’empire Ottoman. Le général Dourakine, personnage haut en couleur, remportera un tel succès qu’il deviendra le protagoniste d’un roman éponyme de la comtesse de Ségur, publié en feuilleton cette même année 1863 dans La Semaine des Enfants.

Baptiste Pernel et Chloé Nivoliez



Citer ce billet
Hélène Veilhan (2019, 25 juin). L’Auberge de l’ange gardien de la Comtesse de Ségur, 1863. Carnets Jean Bastaire. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lw06