L’Île au Trésor, Bibliothèque Verte, Hachette, 1923

L’Île au Trésor, une épopée intemporelle

Lorsque le jeune Jim Hawkins, simple fils d’aubergiste, trouve une mystérieuse carte dans les affaires d’un vieux loup de mer décédé, il se lance dans une quête trépidante vers l’île au trésor. A bord de l’Hispaniola, il va vivre de fabuleuses aventures sur les traces de cet énigmatique butin pirate.

Écrit par Robert Louis Stevenson en 1882, l’Île au Trésor est un roman d’aventure typique de ceux qu’on peut trouver à l’époque : un jeune garçon embarqué dans une épopée lointaine, affrontant mille dangers et découvrant mille secrets durant sa quête.

Si le lointain et l’inconnu font toujours rêver aujourd’hui, ce scénario était encore plus exaltant à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle. En effet à cette époque, l’exotique captive les petits comme les grands, en témoigne le succès des romans d’aventures et des journaux tels que le Journal des Voyages, publiant de fabuleux récits de voyages et d’exploration aussi bien réalistes que fictifs.

Les enfants de cette période, et surtout les garçons, étaient friands de ce genre d’ouvrage.

C’est pourquoi après avoir créé la Bibliothèque Rose en 1856, Hachette s’inspire du célèbre éditeur de Jules Vernes, Hetzel, pour lancer une nouvelle collection à destination des jeunes garçons : la Bibliothèque Verte.

Elle voit paraître de nombreux romans d’aventure, et notamment L’Île au Trésor dès 1923, l’année de sa création. Cette première édition au format in-12 présente une couverture rigide verte, parsemée de dorures fleuries qui orneront les couvertures de la Bibliothèque Verte pendant plusieurs années.

A l’image de cette collection que l’on trouve encore dans les rayons jeunesse des librairies, le succès de l’Île au Trésor s’étend jusqu’à nos jours, où il est devenu un classique étudié et présent dans les bibliothèques de nombreux lecteurs, toujours aussi avides d’aventures extraordinaires.

CHEMA Baptiste, COMBEMOREL Sarah et DRIANNE Maëva