Le Chemin des Dames de Paul Carillon.

Fascicule 57 de la collection « Patrie » : du récit à la propagande.

Référence de l’édition populaire, les éditions Rouff ont contribué à l’effort de guerre avec leur collection de fascicules « Patrie », proposant à moindre coût des récits de batailles faisant l’éloge de l’armée française.
La chemin des dames, Paul Carillon, Rouff, 1917, collection Patrie, 60 centimes, 24 p. 14×19 cm.

 Le Chemin des Dames de Paul Carillon, publié en 1918, est le fascicule n°57 de la collection « Patrie » créée en 1917 par les éditions Rouff.

Chaque semaine, un épisode présente un personnage impliqué dans une action collective visant à glorifier l’armée française et à diaboliser l’ennemi, le tout en 24 pages. La collection « Patrie » s’arrête au numéro 154 de l’année 1920. Elle compte parmi ses contributeurs quelques grands noms de la littérature populaire tels que Léon Croc, Gustave Le Rouge ou encore Georges Spitzmuller.

Le Chemin des Dames a pour cadre la grande et sanglante bataille  de la Première Guerre mondiale  :  le Chemin des dames en 1917. A travers le parcours de Jean Chardon, c’est le courage et l’intelligence du poilu français qui est exalté. Originaire de l’Aisne, où se déroule l’action, le héros met à profit sa connaissance des lieux pour enfoncer les lignes allemandes et sauver de nombreuses vies lors des épreuves qu’il traverse.

Ce changement de perspective sur l’événement historique met bien en évidence la visée de propagande de la collection. Le Chemin des dames insiste sur les horreurs de la guerre et la haine des Français à l’égard des Allemands, comme le montre bien sa couverture, mais exalte aussi le chemin possible pour dépasser cette violence grâce à l’héroïsme et à l’amour : à la fin de ce récit, la France a remporté la guerre et Jean Chardon, qui rentre au pays victorieux, épouse son amour de toujours.

Mathilde Such et Justine Hautin