Dixième anniversaire de la mort de Jean Bastaire

Épisode 1 : décrire le fonds Bastaire et ses contenus

                Le travail documentaire est un chantier de longue haleine qui a débuté avant la mort de Jean Bastaire au moment de l’arrivée de la Collection de littérature populaire et enfantine donnée en 2008 à l’université par Jean Bastaire et son frère Michel. Dix mille documents (livres et revues) ont intégré les collections faisant, dans un premier temps, l’objet d’un catalogage de premier niveau, principalement centré sur les ouvrages. Ce premier chantier de retroconversion a été complété et finalisé en phases successives dont la dernière a donné lieu à un chantier sur la qualité des notices des unicats[1] présents dans la collection[2].

Le bureau de Jean Bastaire

                La description du fonds d’archives (120 mètres linéaires) a débuté dès le premier versement en 2012. La première étape a consisté dans le catalogage des 2500 livres des bibliothèques d’Hélène et Jean Bastaire dans le SUDOC. Le choix a été fait, dès le départ, d’intégrer les ouvrages dans le fonds d’archives car nombre d’entre eux contenaient des notes de Jean Bastaire permettant de retracer les lectures et travaux préparatoires de ses textes. Parallèlement, un plan de classement préalablement discuté avec Jean Bastaire a été établit. Conformément aux bonnes pratiques de l’archivistique, il suit de près le classement initial effectué par Jean Bastaire (pour ses propres archives) et par son frère Michel qui a classé les archives de la famille Bastaire[3]. La volumétrie du fonds impose un travail en phases successives qui a débuté avec la description des archives de la famille Bastaire, c’est poursuivi par les archives de l’enfance de Jean Bastaire et par les archives de ses publications, contributions et conférences. En 2024, le prochain chantier prévu porte sur les archives péguystes.

Outils de recherche

                Le catalogage de la collection comme des archives a été mené conformément aux normes documentaires en vigueur et effectué dans les deux catalogues collectifs de l’enseignement supérieur et de la recherche : le SUDOC (imprimés) et Calames (archives) ce qui donne une visibilité particulière au fonds. Une signature a été apposée à chaque notice de description du document pour signifier leur appartenance à la collection ou aux archives Bastaire. Cela permet de cibler la recherche dans le sudoc sur les documents du fonds uniquement. (voir l’article Consulter le fonds Bastaire) Depuis plusieurs années, il bénéficie du soutien financier de l’agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) qui appuie les chantiers de retroconversion des établissements. Le fonds est également décrit dans son ensemble dans le CCFr (Catalogue Collectif de France) dont les répertoire recense les fonds de plus de 500 établissements.

Une collection d’excellence pour la recherche

                Initialement conservé à la bibliothèque universitaire de Lafayette, le fonds Bastaire est désormais hébergé au sein de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand afin de faciliter son appropriation par la communauté des chercheurs. La labellisation Collection d’Excellence pour la recherche en 2019 lui a donné une reconnaissance certaine. La Collection Bastaire est la première collection de littérature populaire reconnue comme un gisement documentaire important pour la recherche marquant une nouvelle étape dans le processus de légitimation d’une littérature longtemps méprisée. C’est un aspect qui aurait certainement donné beaucoup de satisfaction à Jean Bastaire, amateur érudit, qui était tout à fait conscient et désireux de faire entrer la littérature populaire à l’université.

Chantiers à venir

                Dans le domaine documentaire, les tâches à mener sont encore nombreuses. Il faudra rapidement finaliser le catalogage des revues de la collection. Le fonds Bastaire attend également des conditions de conservation plus favorables : de nombreux travaux ont montré la fragilité des supports imprimés du XIXe siècle et du début du XXe siècle. L’intérêt croissant des chercheurs pour les collections et collectionneurs de littératures populaires et le développement des études en cultures médiatiques appelle aussi à un renforcement de la coopération entre les établissements conservant des fonds similaires. L’établissement d’une cartographie des fonds de littérature populaire pourrait précéder la mise en place d’une politique de conservation partagée d’un patrimoine documentaire fragile et dispersé. Ces perspectives ont été régulièrement partagée avec les professionnels des métiers du livre de l’université.

Les liens entre la Collection Bastaire et les formations de l’UCA dans le domaine des métiers du livre et de l’édition feront l’objet du deuxième épisode…

A lire aussi : Dixième anniversaire de la mort de Jean Bastaire


[1] Les unicats sont les documents en un seul exemplaire dans le reseau du SUDOC

[2] Les enjeux du catalogage de la collection feront l’objet d’un billet spécifique

[3] Catherine Frichet dans son travail de recherche sur la collection Bastaire a montré le goût de l’archive des deux frères Bastaire et en particulier de Michel.



Citer ce billet
Hélène Veilhan (2023, 28 août). Dixième anniversaire de la mort de Jean Bastaire. Carnets Jean Bastaire. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lw0m