Les GRANDES ambitions du Petit Journal, Supplément illustré

Créé en 1890, le supplément illustré du quotidien Le Petit Journal impose l’illustration comme support incontournable de l’information pour tous.

C’est à la fin XIXe siècle, alors que la presse illustrée s’ouvre à toutes les classes sociales, qu’apparaît ce périodique, plus connu sous le nom de Supplément du dimanche.

Le Petit Journal Supplément Illustré. n°57, Paris, 26 décembre 1891,

Les huit pages du Supplément illustré du Petit Journal sont vendues le dimanche pour la somme modique de cinq centimes de franc. Elles ont pour principal objectif d’enrichir l’actualité de la semaine passée par des planches en couleurs et d’offrir une lecture agréable et récréative.

Ces illustrations, au nombre de deux, couvrant la quasi intégralité de la une et de la dernière page, ont trois rôles majeurs : le premier, commercial, puisqu’elles doivent attirer le regard du potentiel acheteur ; le second, pédagogique, puisqu’elles doivent instruire le lectorat et lui transmettre des valeurs ; et le troisième, informatif, car elles ont pour fonction de rendre compte de l’actualité du pays.

La présence d’images constitue, ici, une valeur ajoutée par rapport aux quotidiens non illustrés. C’est ce qui permet aux suppléments de se démarquer.

Ainsi, sur la première page de ce numéro, nous pouvons observer les funérailles de l’empereur du Brésil, tandis que nous voyons, sur la dernière page, une scène typique du matin de Noël. 

Le Petit Journal Supplément du dimanche, n°57, Paris, 26 décembre 1891, 8 p.

Hugo RICCI et Julian ROCHE



Citer ce billet
Hélène Veilhan (2021, 3 septembre). Les GRANDES ambitions du Petit Journal, Supplément illustré. Carnets Jean Bastaire. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lw0h