Hélène Périchon-Bastaire

Hélène Périchon-Bastaire (née le 19 mars 1916 à Châteauneuf-en-Thymerais [Eure-et-Loir] et décédée le 13 avril 1992 à La Tronche [Isère]) est un médecin pneumologue et homéopathe, ancienne interne de l’Hôtel-Dieu d’Angers, une militante de la protection animale et une traductrice de l’anglais.

Épouse de Jean Bastaire qu’elle rencontre en 1948 au sanatorium de Nordrach, c’est elle qui lui inspire une double conversion au christianisme et à l’écologie. Pour cette raison, Jean Bastaire a signé de leur deux noms les essais écologiques écrits et publiés après le décès d’Hélène.

Hélène Périchon (Nordrach-Allemagne, 1947)
Hélène Périchon (Nordrach-Allemagne, 1947)

Auteur d’une thèse de médecine sur les infections tuberculeuses en 1945, Hélène Périchon s’engage dans les sanatoria gérés par la Croix-Rouge en Forêt-Noire. A partir de 1950, elle commence des études d’homéopathie à Genève puis en Angleterre au Royal London Homeopathic Hospital. Malade, elle renonce progressivement à l’idée d’ouvrir un cabinet de médecine homéopathique.

Après avoir exercé comme médecin dans un  établissement hydrothérapique du Pays de Retz, elle rejoint Jean à Meylan où elle se consacre à la protection animale et à la traduction de répertoires homéopathiques et des récits naturalistes de Phyllis Kelway (1906-1945).

Jean Bastaire à publié une biographie de son épouse (La Gloire de Sophie, 2000) et le récit de son deuil (La Pâque à deux, 2004).

Les archives personnelles et familiales d’Hélène Périchon-Bastaire sont conservées avec celles de Jean Bastaire à la Bibliothèque Lafayette (BCU- Lettres et sciences humaines).

Bibliographie

Notes de recherche