Tous les articles par Frédéric Lazuech

Mémoires de papier

Le mémoire de Master de Catherine Frichet est le premier travail de recherche consacré exclusivement à la Collection Bastaire. Il a été encadré par Nathalie Ponsard, Maître de Conférence en histoire contemporaine à l’UFR LLSH de Clermont-Ferrand (consulter le mémoire).

 A partir des entretiens menés avec Jean Bastaire et s’appuyant sur une description détaillée, Catherine Frichet montre comment la Collection Bastaire témoigne des modalités d’installation et d’appropriation de la culture médiatique dans la première partie du XXe siècle.

Exemples de fiches du catalogue provisoire de Jean (fig. 23, p. 81)
Exemples de fiches du catalogue provisoire de Jean (fig. 23, p. 81)

Elle explore dans un premier temps les racines de la Collection (origines familiales des collectionneurs et rôle des lectures enfantines) pour consacrer le cœur de son travail au processus de constitution de la Collection puis à un portrait documentaire reflétant l’histoire de l’édition populaire.

Le mémoire se termine par une mise en perspective de la Collection Bastaire à la fois dans le paysage des fonds de littérature populaire en France et dans un champ de recherche en cours de structuration : celui des cultures médiatiques.

L’intérêt de la recherche va plus loin : il permet d’appréhender la diversité des approches possibles autour du Fonds Bastaire en insistant sur le potentiel du dialogue entre les archives de Jean et Michel Bastaire et la Collection et sur la richesse d’une approche pluridisciplinaire. Catherine Frichet ouvre également d’autres pistes de recherche que ce soit pour interroger les frontières entre les champs de l’enfance et ceux de la culture populaire (production éditoriale, réception) ou pour travailler sur une anthropologie de l’écrit et de la lecture dans le cadre de la transmission familiale.

Dans le droit fil de la lecture passionnée des romans d’aventures par Jean Bastaire, chaque lecteur dégagera ses propres pistes pour explorer les terrains de la Collection, l’équipe des Carnets Jean Bastaire les espère nombreuses.

Hélène Veilhan

Une exploitation pédagogique de la Collection Bastaire

Depuis 2013, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque Clermont Université, les étudiants de deuxième année de la licence Arts, parcours Métiers du livre et multimédia travaillent sur la Collection Bastaire. Ce projet pédagogique s’inscrit dans un cours consacré à l’histoire du livre et des pratiques de lecture, qui permet à ces futurs professionnels du livre de mieux appréhender l’évolution des supports, des pratiques éditoriales, de la diffusion et de la mise à disposition des ouvrages de l’Antiquité à nos jours.

Dans ce cadre, une confrontation avec des documents d’époque est essentielle et la collection rassemblée par Jean Bastaire et son frère constitue un terrain d’observation privilégié pour découvrir la richesse et la diversité de l’offre éditoriale des XIXe et XXe siècles et prendre conscience de l’intérêt des fonds spécialisés conservés dans les bibliothèques.

Au nom du Père, du Fils et … de Bernadette !, billet de Matty Raphanaud et Céline Beaune
Au nom du Père, du Fils et … de Bernadette !, billet de Matty Raphanaud et Céline Beaune

Par binômes, les étudiants préparent un exposé sur une sélection de documents représentatifs d’une pratique éditoriale (comme le roman-feuilleton), d’un courant éditorial (comme les romans pour la jeunesse, les illustrés, les magazines féminins ou les romans sentimentaux), du traitement d’une thématique (la guerre 14-18), etc. L’objectif est de permettre aux étudiants de s’approprier des connaissances en partant de la découverte et de l’étude d’ouvrages singuliers.

À l’issue de cette présentation, ils sont invités à sélectionner l’un des documents de l’ensemble sur lequel ils ont travaillé afin de rédiger un billet pour le carnet de recherche consacré au Fonds Bastaire. Cette rubrique a pour ambition de contribuer à faire découvrir, à partir de ces billets, un aperçu des livres, des périodiques et des recueils caractéristiques de cette collection (TP 2015).

Françoise Le Borgne

Travaux pédagogiques

 

Au nom du Père, du Fils et … de Bernadette !

Journal hebdomadaire adressé aux jeunes filles dans les années 1920, populaire et résolument catholique, Bernadette édité par la Maison de la Bonne Presse affiche une dualité intelligente. Au service de l’éducation et du divertissement, ce périodique offre tous les outils nécessaires à la croissance et à l’accompagnement des fillettes durant l’entre-deux-guerres, ancré dans une dynamique religieuse.

Bernadette n°223, 5 juin 1927
Bernadette n°223, 5 juin 1927

Bernadette mélange les styles en publiant à chaque numéro des rubriques imprégnées de la morale catholique, comme La Vie Chrétienne, mais aussi des publications populaires mêlant culture et gaité, notamment avec La Vie intellectuelle, Les Ouvrages manuels et les Amusements. La communication avec les lectrices est vivement sollicitée en invitant toutes les petites Bernadette à s’exprimer grâce à la correspondance publiée chaque semaine à l’occasion de la parution du numéro.

En s’imposant de par son harmonie, entre la volonté d’éduquer culturellement, idéologiquement, mais aussi en dissociant les temps d’apprentissages et de loisirs, Bernadette s’affiche comme un périodique phare des années 20 entrelaçant éducation et divertissement.

Céline Beaune et Matty Raphanaud

Un journal emblématique et bien pensant

Bien plus qu’un simple magazine, La Semaine de Suzette est le journal incontournable pour les petites filles des années 1920. Ce journal  bien-pensant pour les familles de classe moyenne ou aisée a été édité chez Gautier-Languereau dès 1905.

L’hebdomadaire avait une vocation culturelle avant tout. En effet, suite à la couverture illustrée en couleur, les lectrices pouvaient se délecter de divers romans-feuilletons et de poèmes mais également d’articles sur leurs propres prénoms.

Au-delà de la culture, ce magazine bénéficiait également de conseils pratiques comme des patrons de couture, des conseils de botanique, des recettes de cuisine et des conseils d’hygiène, ce qui constituait un véritable enseignement pour transformer ces jeunes lectrices en de parfaites femmes au foyer. Sans oublier les rubriques de conseils d’une tante qui était présente pour les diriger sur le bon chemin.

La Semaine de Suzette n°3, 18 février 1926
La Semaine de Suzette n°3, 18 février 1926

Puisque ce magazine s’adressait aux petites filles de huit à douze ans, il n’omettait pas d’inclure des rubriques de jeux, de chansons, des devinettes mais aussi la mode de la poupée Bleuette, véritable coqueluche pour les jeunes.

Très en avance sur son temps, le magazine organisait déjà des concours amusants presque chaque semaine qui ravissaient les jeunes lectrices. Cette richesse et diversité de sujets permettra à ce journal de traverser les deux guerres mondiales sans encombre.

Clémence Fraboulete et Liza Chevereau

Un journal qui raconte la guerre aux enfants

Concernant la stratégie commerciale, La Croix d’Honneur est à un prix très abordable (5 centimes). Il s’aligne sur les tarifs des autres journaux pour enfants de l’époque. La première de couverture qui est colorée permet d’attirer l’œil et d’inciter les personnes à l’acheter.

La Croix d'Honneur n°20, Mai 1915
La Croix d’Honneur n°20, Mai 1915

La présence de vraies photographies de guerre accompagnées de commentaires attisent la curiosité des plus jeunes. Ces photos ont pour but de montrer aux enfants la réalité de la guerre et le mode de vie des soldats.

En seulement 16 pages, ce journal montre son esprit très patriotique, engagé, et met en valeur les combattants, que ce soit dans les histoires ou sur les photos, en les considérant comme des héros.

Agnès Thomas et Coralie Nanty