Milda la Serbe

Le roman sentimental, miroir de la société

Milda la Serbe, écrit par Pierre Adam et publié en 1915 dans la collection Le petit livre de l’éditeur Ferenczi, est un roman sentimental qui reflète les préoccupations – réelles et supposées – de la femme et sa place dans la société de l’époque. L’histoire se déroule en Serbie durant les tensions précédant la Première Guerre Mondiale, qui n’occupent qu’une fonction d’arrière-plan mais impliquent une dimension patriotique, la Serbie étant alliée à la France.

Elle est centrée sur une jeune fille riche et convoitée, qui nourrit des sentiments pour un pauvre berger de son village natal. Cette relation amoureuse, qui semble vouée à l’échec, sera mise à l’épreuve au cours des évènements dramatiques dans le roman. Mais les héros parviendront tout de même à surmonter les épreuves et à se marier.

Ce récit témoigne des goûts des lectrices de l’époque, ou ce qu’on en supposait : des histoires simples, idéalisées et superficielles, qui ont toujours une fin heureuse et ne se préoccupent que du mariage et du statut social de la femme, sans chercher toutefois à les instruire. Il correspond aux codes “classiques” du roman d’amour et constitue un exemple caractéristique des débuts de la vogue du roman sentimental.

Ainsi Ferenczi, l’un des premiers éditeurs populaires, a contribué, grâce à  ses collections petit format telles que Le petit livre  (20cts, créé en 1912) ou Le livre épatant (35cts, 1913), au développement des romans sentimentaux qui, d’après Ellen Constans, représentèrent des dizaines de milliers de titres dans la production éditoriale du XXème siècle .

Lucie Raeckelboom, Sophie Pilven, Clémence Burgun

Références bibliographiques :

CONSTAN, Ellen. Parlez-moi d’amour: le roman sentimental : des romans grecs aux collections de l’an 2000, Presses Universitaires de Limoges, 1999, 349 p.